Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés
Budget 2018 de la région Île-de-France : 5,15 milliards d’euros à destination des Franciliens
Publié le 11/01/2018


C’est un budget « exigeant avec un haut niveau d’investissement » que promet la région Île-de-France en 2018. Construit autour de trois objectifs – l’écologie, l’emploi et la réduction des fractures territoriales et sociales – « il donne la priorité aux transports, à l’éducation et à la formation, à la qualité de vie et au développement économique » des Franciliens. Aussi, la région continuera à augmenter ses investissements en 2018.




Alors que la région Île-de-France doit, cette année, faire face à une baisse de son budget à hauteur de -2,4 % « principalement due à la disparition, contrairement aux engagements de l’État, du fonds de transition pour le développement économique et l’innovation doté de 55,1 millions d’euros pour l’Île-de-France », elle ne souhaite pas que cette diminution se répercute sur la qualité de vie des Franciliens. Aussi, annonce-t-elle une réduction de ses frais de fonctionnement (-12 % depuis 2015) permettant ainsi un accroissement des investissements s’élevant à +25 % depuis 2015. Concrètes et précises, les trois priorités du budget 2018 visent à répondre aux préoccupations des Franciliens : ce sont donc 5,15 milliards (contre 5,25 milliards d’euros en 2017) qui sont mis au service des habitants d’Île-de-France afin de répondre au triple objectif fixé par la région.

 



 



 


Faire de l’Île-de-France la première métropole écologique d’Europe


La région est ambitieuse et se projette dans l’avenir ; un avenir qui passe inévitablement par l’écologie. Faire de l’Île-de-France la première métropole écologique d’Europe, tel est le premier objectif, le budget 2018 a d’ailleurs été construit comme tel. 1,9 milliard d’euros seront réservé à cette priorité.


Pour l’atteindre, les transports recevront cette année 1,5 milliards d’euros (37 % du budget) afin d’accélérer des chantiers en cours et de participer au prolongement des lignes de transport, notamment celui de la ligne 11 du métro direction Rosny-Bois Perrier ou les travaux concernant la ligne 4 vers Bagneux. La modernisation des trains et le déploiement de bus écologiques demeureront également des priorités pour la région.
La création de nouvelles places de parking et l’encouragement de l’usage du vélo participent enfin à la diminution des bouchons routiers et à une meilleure qualité de l’air.


Rendre la région plus verte, c’est financer aussi l’environnement et les énergies de demain. 86,6 millions d’euros d’investissements seront consacrés à cette mission, soit une progression de 22,5 % des investissements par rapport à 2015.


Enfin, « la construction ou rénovation des logements et la création des 100 quartiers écologiques » – qui bénéficient de 129 millions d’euros – contribueront également à relever le défi écologique que la région s’est imposé.



Une région attractive au service de l’emploi


806 millions d’euros seront dévolus à l’attractivité, la formation et l’emploi. Deuxième priorité de la région, c’est une hausse de 32 % par rapport à 2015 que connaît, en 2018, ce domaine. La région maintient ses efforts à destination des lycées, avec un budget 778 millions d’euros qui leur est alloué : « Plus de 14 opérations entreront en phase de travaux en 2018, dont 5 lycées neufs qui seront lancés » assure la région.


Rappelant que le nombre d’apprentis a augmenté de 8 % en 2016, l’innovation, la recherche et l’enseignement supérieur, vivement soutenus, participeront au dynamisme du territoire et à son attractivité, l’objectif étant d’atteindre 100 000 apprentis et 20 000 demandeurs d’emplois en formation d’ici 2021. Le renforcement des exploitations agricoles, la promotion du bio et la diffusion des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement bénéficieront de 16 millions d’euros. Les fonds européens seront également un levier pour « stimuler l’attractivité, l’emploi et la réduction des fractures ».


 


Garantir la cohésion sociale et territoriale


159,7?millions d’euros d’investissements – soit une augmentation de 42,3 % par rapport à 2015 – seront consacrés à la réduction des fractures sociales et territoriales franciliennes. La culture pour tous (avec 94 millions d’euros de budget), l’encouragement de la pratique sportive et la réduction des carences en équipements sportifs de proximité (69,1 millions d’euros) demeurent des priorités pour la région. Le budget de la sécurité, et notamment celle des lycées et des communes via le développement de la vidéoprotection (depuis 2016, 112?communes ont bénéficié d’une aide à l’équipement en vidéoprotection) connaîtra également une hausse de 217 % par rapport à 2015. Enfin, les rééquilibrages des investissements en zones rurales (23,7 millions d’euros) et le financement des actions sociales (23,3 millions d’euros) – notamment la diminution des injustices en matière médicale –
aideront à réduire les fractures territoriales et sociales en Île-de-France.


À travers ce budget, la région s’empare des problématiques actuelles, primeur à la transition écologique. La formation et la lutte contre le chômage demeurent également des objectifs de premier plan, le tout dans un territoire juste et égal, où les fractures territoriales et sociales tendent à se réduire.


 


Constance Périn


 


0 commentaire
4 + 7 =

Journal Spécial des Sociétés - 8 rue Saint Augustin - 75002 Paris - Tél 01 47 03 10 10