Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés

Entretien avec Geneviève Maillet - Bâtonnier du barreau de Marseille

Publié le 08/08/2017


Depuis janvier 2017, le barreau de Marseille a un nouveau bâtonnier. Élue le 9 novembre 2015, Geneviève Maillet est la première femme à accéder à ce poste, mais pour elle ce n’est pas important : « Être avocat n’a pas de sexe ». Lors de la rentrée du barreau de Marseille, le 30 juin dernier, cette spécialiste en droit commercial, maritime et de l’environnement a réuni 25 barreaux étrangers et de nombreux autres représentants de la profession pour signer la Déclaration universelle des droits de l’humanité.



Marseille est largement tournée vers la Méditerranée. Quelles conséquences cela a sur le barreau ?


Marseille est un port. Le port c’est l’échange, le commerce et donc le droit maritime et toutes les spécialités liées y compris une certaine inévitable délinquance. De plus, Marseille est située sur le câble de toute l’Europe (la ville est déjà un point de raccordement d’internet grâce à une dizaine de liaisons câblées sous-marines vers le continent africain et vers le Moyen-Orient, et va devenir bientôt la troisième « gateway », ou porte d’accès européenne, avec une liaison vers l’Asie d’ici 2020 NDLR), donc nous sommes également au coeur du numérique. Les conséquences sur le barreau ont toujours été liées à sa géographie : visiteurs, échanges économiques, transports et législations maritimes, compétences portuaires et aujourd’hui économie numérique.


Quelles sont les spécificités du territoire et du barreau de Marseille ?


À Marseille il y a 2 200 avocats. Nous sommes une Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) et nous avons créé un pôle maritime au tribunal de grande instance cette année qui constitue un tournant dans les compétences juridiques du territoire. Nous avons donc engagé une véritable réflexion conjointe avec les chefs de juridiction et mis en place un colloque (en présence d’ailleurs de Jean-Michel Cousteau dont on connaît l’engagement pour la défense des océans) pour présenter le nouveau pôle maritime qui couvre plusieurs départements. Cela répond à toutes les questions qui peuvent se poser dans ces matières. Celle des stupéfiants est essentielle et transversale. Cela mérite plus de recul et surtout intégrer les nouveaux postes de délinquance pénale et ses implications. Mais, il faut savoir également que le patrimoine sous-marin est aussi une source de blanchiment que l’on connaît mal.


Vous êtes la première femme élue bâtonnier de Marseille. Est-ce le signe d’un changement d’état d’esprit plus vaste au sein du barreau ? Pourquoi cela a-t-il pris tant de temps d’après vous ?


Être avocat n’a pas de sexe ou alors il faut dire que La liberté, La vérité et La justice ne peuvent pas être défendues par des hommes. Le barreau a élu un bâtonnier, il se trouve que c’est une femme. Je crois que le changement d’état d’esprit est sur le programme, volontairement tourné vers les échanges internationaux et les contraintes et atouts liés à la digitalisation.


Qu’attendiez-vous de ces deux journées du 29 et 30 juin ?


Les journées du 29 et 30 juin étaient destinées à faire rayonner le jeune barreau marseillais et montrer combien il était ouvert à la fois à l’international, aux échanges économiques, mais aussi à l’humain. C’est pourquoi nous avons proposé comme titre : « les 48 heures des opportunités ». Nous avons ainsi reçu 25 barreaux étrangers, tous les représentants des barreaux de France et d’Outre-mer, les représentants du Conseil national des barreaux, de la Conférence des bâtonniers, nos élus locaux, politiques et institutionnels, des délégations d’investisseurs étrangers et les acteurs économiques du territoire Marseille Provence. Ce fut l’occasion de signer la Déclaration des droits de l’humanité qui sera portée à l’ONU et de rendre un hommage à Simone Veil. Ceux qui sont venus demandent à renforcer leurs liens avec Marseille et nous recevrons une délégation d’investisseur en octobre. Pour nous, c’est mission accomplie.


Comment voyez-vous le métier d’avocat demain avec l’importance grandissante des nouvelles technologies ?


La profession d’avocat est charnière dans la sécurisation des échanges numériques. J’ai prêté serment avec l’abolition de la peine de mort, aujourd’hui, il nous faut défendre la peine de vie, car c’est parfois difficile d’être confronté à la cybercriminalité ou même aux questions éthiques qui se posent avec la digitalisation. Le port numérique des libertés passe par Marseille et ses avocats en sont les garants. De plus, J’ai eu à coeur de réunir une équipe et de mettre en place pour le barreau un incubateur, car depuis 25 ans j’accompagne des sociétés du numérique et des start-up. C’est pourquoi, nous avons réussi ce projet en trois mois. Car au-delà du digital qui n’a rien de nouveau, j’espère que le numérique sera associé à notre barreau comme d’autres spécialités, le maritime en particulier.


Pourquoi avoir réuni de nombreux confrères étrangers pour signer la Déclaration universelle des droits de l’humanitéde Corinne Lepage ? Pourquoi cette déclaration est-elle importante pour vous ?


Je suis très impliquée dans le droit de l’environnement et le risque industriel, les pollutions. J’ai plaidé des dossiers significatifs dans ces matières. Je me suis intéressée au droit de l’eau, patrimoine mondial de l’humanité, et je me suis fait la réflexion durant le forum mondial de l’eau en 2012 à Marseille, que manquer à ce droit pouvait par extrapolation être considéré comme un crime contre l’humanité. Quand j’ai représenté Marseille à la MedCop 22 de Tanger, l’an passé, j’ai naturellement sympathisé avec Corinne Lepage. Elle a rédigé une déclaration, non pas des droits de l’homme, mais de l’humanité. Il nous est apparu légitime d’y associer les défenseurs naturels que sont les avocats.


J’ai pensé aussi qu’il serait dommage qu’il n’y ait que nous qui en profitions. J’aime partager, échanger et transmettre. Je me suis donc dit qu’il fallait proposer de signer la Déclaration des droits de l’humanité au président du Conseil national des barreaux, mais aussi aux bâtonniers des villes amies ou jumelées avec Marseille.


Voilà pourquoi nous avons toute une table de bâtonniers étrangers. Que faut-il changer au barreau de Marseille ? Quels sont vos projets phares ?


Ce n’est pas le changement qui importe, c’est le progrès. Pour être force de  progrès, nous avons un barreau jeune, dynamique, prêt à s’inscrire dans des actions novatrices de défense. Nous avons créé un incubateur, qui est un laboratoire d’idée et de nouvelles méthodologies. Nous avons la chance d’être nombreux et de développer des spécialités différentes. Le territoire s’enrichit de nouveaux pôles de compétences qui nécessitent la sécurisation juridique. Nous avons une tradition maritime et une tradition pénale qui sont reconnues au niveau national et international. Enfin, nous venons d’avoir des députés avocats qui pourront porter des projets de loi pour améliorer la condition de tous.


Je voudrais réunir autour du thème de la paix en Méditerranée, un certain nombre de barreaux de proximité en 2018. En effet cette date me paraît significative dans ces temps troublés, car elle constitue le centenaire de l’armistice en Europe. On reproche aux avocats de trop parler aux diplomates de trop parler aux Méditerranéens, de trop parler … et même certains misogynes le reprochent aux femmes… Mais, sans la parole, quelle paix peut-on durablement construire et quelle économie peut-on bâtir ? Les avocats du barreau de Marseille se mobilisent pour un échange dynamique qui sera en accord avec l’actualité.


Propos recueillis par Victor Bretonnier

0 commentaire
4 + 2 =
Journal Spécial des Sociétés
Journal parisien d'annonces légales et de formalités
n° 79
18 octobre 2017
Journal des sociétés - mensuel du droit

n° 155

septembre 2017

Les sociétés pluri-professionnelles : vers un Big Bang des professions du chiffre et du droit ?

Journal Spécial des Sociétés - 8 rue Saint Augustin - 75002 Paris - Tél 01 47 03 10 10