Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés

Nicole Belloubet visite le nouveau Palais de justice de Paris

Publié le 09/10/2017

« Par sa transparence, sa clarté et sa précision, ce bâtiment peut aspirer à une valeur symbolique. Une forme pérenne, presque mathématique, radicale, sans arrogance et sans pesanteur », c’est ainsi que Renzo Piano, l’architecte du Palais de justice de Paris, décrit le bâtiment qui accueillera en avril 2018, la justice parisienne. Cette « valeur symbolique », évoquée par celui qui a toujours recherché dans ses constructions à respecter la cohérence entre l’édifice, ses fonctions, et l’image de l’institution abritée, c’est celle de la modernité. Ainsi, en quittant le palais historique de style néoclassique de l’Île de la Cité, pour un bâtiment dans le 17e arrondissement, à la fois imposant par sa stature et accueillant par sa transparence et ses aménagements intérieurs, les juridictions vont effectuer un voyage dans l’espace et dans le temps. Une odyssée vers la justice du XXIe siècle. « Il y a dans la construction d’un lieu beaucoup d’éléments qui traduisent ce qu’est l’activité qui s’y déroule. Et ce bâtiment est très emblématique de la justice du XXIe siècle », a également insisté Nicole Belloubet, ministre de la Justice et garde des Sceaux, en compagnie de nombreuses personnalités du droit, de l’architecture et de l’urbanisme. Aujourd’hui, en effet, le justiciable est désireux d’une justice plus accessible, moins impressionnante et plus rapide. Pragmatique et chaleureux, le style architectural du nouveau Palais répond à ces demandes. La salle des pas perdus, au niveau de la rue, en est une parfaite illustration, car cela signifie « qu’on n’a pas à monter les marches pour atteindre la justice », a commenté Bernard Plattner, architecte associé. Avec ce déménagement, une nouvelle page de l’histoire de la justice est sur le point de s’ouvrir, et bien qu’il existera toujours des nostalgiques, tous, ce jour-là, semblaient désireux de l’écrire ensemble.

 

Quelques jours auparavant, Nicole Belloubet a co-animé avec Rémy Heitz, directeur des affaires criminelles et des grâces et Julien Gentile, responsable de l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi des étrangers sans titre (OCRIEST), une après-midi de travail visant à faire émerger des synergies dans la lutte contre prolifération des filières d’immigration irrégulière. Le Journal Spécial des Sociétés revient sur les échanges qui ont eu lieu ce 11 septembre : quel est l’ampleur de ce phénomène ? Quelle coopération mettre en place au niveau européen ?

 

Maria-Angélica Bailly

                           

0 commentaire
5 + 3 =
Journal Spécial des Sociétés
Journal parisien d'annonces légales et de formalités
n° 80
21 octobre 2017
Journal des sociétés - mensuel du droit

n° 155

septembre 2017

Les sociétés pluri-professionnelles : vers un Big Bang des professions du chiffre et du droit ?

Journal Spécial des Sociétés - 8 rue Saint Augustin - 75002 Paris - Tél 01 47 03 10 10