Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés
Pourquoi la sœur de Sissi est-elle morte en faisant la charité dans un bazar ?
Publié le 25/06/2019

On la décrit belle et exquise, ravissante et volontaire, parfois mélancolique. Elle est la plus jeune sœur de Sissi, impératrice d’Autriche, son aînée de 9 ans. Sophie-Charlotte de Wittelsbach, duchesse en Bavière, née en 1847, a été la fiancée du roi de Bavière, son cousin. Mais celui-ci, Louis II, en raison de son homosexualité, a brutalement rompu leurs fiançailles. Elle a alors épousé le duc d’Alençon, Ferdinand d’Orléans, petit-fils du roi Louis-Philippe. Elle l’appelle son « ange gardien ». Svelte, mélomane et musicienne, elle aime Wagner. Son fin visage aux yeux bleus est couronné d’une longue chevelure nattée.



En 1895, elle rédige son testament, souhaitant être inhumée en habit de dominicaine et précisant, phrase prémonitoire pour certains, qu’il faudra lui couper les cheveux afin de les brûler, sauf si son mari veut en conserver une mèche. Ses amies de l’aristocratie animent des œuvres de bienfaisance et organisent chaque année une grande manifestation de soutien aux démunis, le Bazar de la Charité, qui leur permet de se regrouper afin de mutualiser frais et aspects matériels. Après avoir occupé divers lieux, le Bazar est organisé en 1897 dans un grand hangar en bois situé rue Jean Goujon à Paris, appartenant au baron de Mackaù.


En 1897, le Bazar, dont les ventes doivent s’étaler du 3 au 6 mai, fait l’objet d’une décoration soignée : une rue médiévale reconstituée, des feuillages, des échoppes diverses, de jolies enseignes. Altesses, marquises et baronnes font aménager de pittoresques comptoirs… À la truie qui file…  À la Tour de Nesle… Au cadran bleu… À la tête noire… On prévoit une projection cinématographique avec des films des frères Lumière*. La duchesse d’Alençon, qui vient de fêter ses 50 ans, y préside le stand des Noviciats Dominicains et, portant une robe de satin noir, y est présente le 4 mai, jour du passage du Nonce apostolique. Elle a fait accrocher une peinture montrant Jeanne d’Arc… sur le bûcher !


Les ventes s’enchaînent et la recette destinée aux marmiteux, purotins, mendigots et autres nécessiteux promet d’être excellente.


La baronne de Saint-Didier s’installe sur un fauteuil capitonné « comme on en voit sur les plages des bains de mer » (Le Figaro du 5 mai), entourée des « dames vendeuses » de son œuvre.


Douairières et jeunes filles de bonne famille croisent les élégantes. Comme l’écrira Marguerite Bourcet dans La Revue universelle, « L’air sent le parfum de Piver et l’eau de Lubin… les toilettes claires foisonnent. Surah, gazes, grenadines, manches bouffantes, boas de tulle ruché, chapeaux en paillettes ou en aigrettes ».


À 16 h 30, le projectionniste Bellac constate que la lampe du cinématographe a épuisé sa réserve d’éther.


Il demande à son assistant Grégoire Bagrachow de remplir le réservoir. Bagrachow allume une allumette.


Les vapeurs d’éther s’enflamment. Puis tout brûle. Une toile bitumée qui couvre le bâtiment s’embrase et tombe sur des enfants, des religieuses et les membres du Tout-Paris mondain qui, tels des ortolans piégés dans une matole, sont coincés dans les flammes. La duchesse d’Alençon, qui a courageusement sauvé des jeunes femmes, meurt dans des conditions atroces. On dénombre plus de 100 morts et plus de 200 blessés. Curieusement, presque toutes les victimes sont des femmes. Certains hommes ont piétiné la foule pour échapper au brasier.


La Reine Victoria envoie un télégramme au président français, se disant « consternée de l’affreuse catastrophe qui jette Paris dans la désolation ».


Le procureur de la république, Gaston Laurent-Atthalin, ouvre une information judiciaire et fait venir sur place le dentiste de la duchesse d’Alençon. À ses côtés, le juge d’instruction, Paul Bertulus, est un enquêteur chevronné. D’abord avocat à Aix-en-Provence, il a été procureur à Grasse. Il exige du dentiste qu’il prête serment. Celui-ci reconnaît formellement la dentition de la duchesse, ce qui permet de l’identifier. Le procureur délivre le permis d’inhumer. Le corps de Sophie-Charlotte est transporté dans la crypte de la chapelle royale de Dreux, où deux gisants successifs (illustration) vont orner son tombeau.


Le procès des protagonistes s’ouvre en août 1897.


Le 24 août, tandis que le président Félix Faure, scellant l’alliance franco-russe, est accueilli à Saint Pétersbourg dans le Palais d’Hiver, entouré par un régiment des lanciers de l’Impératrice et par les Cosaques de l’Oural en grand uniforme d’apparat, alors qu’on lui offre kvass et caviar, la 8e chambre correctionnelle du tribunal de la Seine, présidée par Paul Bernard (ancien procureur à Vitry-le-François), rend son jugement et inflige à Bagrachow, défendu par Me Antony Aubin, 8 mois de prison avec sursis et 200 francs d’amende. Bellac est condamné à un an de prison avec sursis et 300 francs d’amende.
Le baron de Mackaù, auquel on reproche de ne pas avoir pris de mesures de sécurité, défendu par Me Félix Decori (qui finira secrétaire général de l’Élysée) ne reçoit qu’une amende de 500 francs. Si le journal La Petite République ironise sur les lamentations officielles, « ne s’agissant plus de vies ouvrières fauchées par un coup de grisou mais d’existences de ploutocrates, de jouisseurs supprimées par la mort égalitaire », le Comité socialiste de Saint-Ouen écrit au Figaro
 :
« Nous adressons notre salut aux victimes… De tels malheurs effacent les distinctions de classes, qu’il s’agisse du grisou ou de la machine où les nôtres meurent, ou du feu qui comme hier tue les vôtres. Nous ne voyons plus que des frères, des mères, des enfants qui pleurent ceux qu’ils aimaient. C’est l’égalité dans le deuil, l’égalité dans la souffrance. »


*Sur les frères Lumière, voir notre chronique dans le JSS n° 32 du 28 avril 2018.



Étienne Madranges,

Avocat à la cour,

Magistrat honoraire


 


0 commentaire
2 + 4 =

Journal Spécial des Sociétés - 8 rue Saint Augustin - 75002 Paris - Tél 01 47 03 10 10