Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés
« En 2020, la peine de mort n’a pas été confinée » - Entretien avec Aminata Niakate, présidente d’Ensemble contre la peine de mort
Publié le 27/09/2021 13:36
Ce qui caractérise particulièrement Aminata Niakate, c’est son engagement. Engagée syndicalement d’abord, en étant présidente de l’UJA Paris en 2015, puis présidente de la FNUJA en 2018. Engagée pour l’égalité ensuite, notamment en tant que présidente de la Commission Égalité du CNB de 2018 à 2020. Un engagement politique et citoyen enfin, puisqu’Aminata Niakate est actuellement membre du CESE et conseillère de Paris. Mais c’est en tant que nouvelle présidente de l’association Ensemble contre la peine de mort (ECPM) que nous avons souhaité nous entretenir avec l’avocate ; l’occasion d’aborder avec elle les priorités de son mandat, bien sûr, mais aussi de faire un état des lieux sur la situation de la peine de mort dans le monde, et de revenir sur le débat en France qui, aujourd’hui encore, continue à diviser l’opinion publique, 40 ans après son abolition.

 

 

Tout d’abord, pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous avez souhaité vous engager à la tête d’ECPM ? 

Tout a commencé à la fin de mon parcours universitaire. J’avais envie de m’engager dans un combat associatif, de m’engager pour les autres, et de rendre aussi à la République ce qu’elle m’avait apporté. Je ne savais pas réellement quelle cause défendre. Puis je suis tombée, par hasard dans la presse, sur un article, consacré à Troy Davis, condamné à mort en Géorgie après avoir toujours clamé son innocence, et devenu aujourd’hui, un symbole de la lutte contre la peine capitale. En 2008, quelques heures à peine avant son exécution, il apprenait que celle-ci était repoussée [ndlr : la date de son exécution a été repoussée à trois reprises. Après avoir passé plus de 20 ans dans les couloirs de la mort, il a finalement été exécuté, le 21 septembre 2011]. J’ai trouvé cette situation terrible, inhumaine. Qu’il soit coupable ou non, d’ailleurs.

J’ai donc commencé à me renseigner plus profondément sur le sujet et sur les associations engagées pour l’abolition de la peine de mort. J’ai particulièrement été séduite par lorientation d’ECPM, son engagement international et la compétence de ses équipes. Dès 2008, je me suis donc engagée bénévolement au sein de l’association et ai participé en son nom à la Fête de l’Huma, à la Gay Pride (car dans de nombreux pays, le simple fait d’être homosexuel est passible de la peine de mort), et aux congrès mondiaux au cours desquels la communauté abolitionniste se réunit (les congrès ont lieu tous les trois ans ; le prochain se déroulera à Berlin, en novembre 2022, ndlr).

En 2017, j’ai rejoint le conseil d’administration d’ECPM, puis l’année dernière, le conseil d’administration a suggéré ma candidature en tant que présidente. J’ai été extrêmement touchée par leur confiance, mais reconnais avoir eu, au départ, une petite appréhension, car étant déjà très occupée, je ne voulais ni mal faire les choses ni décevoir. Le conseil m’a rassurée, et je me suis vite rendu compte que je pouvais compter sur toute une équipe très professionnelle. C’est ainsi que j’ai pris la présidence d’ECPM en novembre 2020, en plein confinement, pour un mandat de deux ans.

 

 

 « J’aspire à l’abolition universelle de la peine de mort ! »

 

 

 

Quelles orientations entendez-vous donner à votre mandature ?

En tant que présidente, je souhaite m’inscrire dans la continuité de l’association qui connaît une forte croissance. Continuer à convaincre les institutionnels, les États, les ONG. Nous travaillons avec un réseau de journalistes et de parlementaires au Moyen-Orient, en Afrique, en Asie... Nous entendons également organiser un hackathon pour mobilier les jeunes à travers le monde, car il ne faut rien lâcher, et toujours continuer à convaincre.

Le site Internet d’ECPM présente une cartographie interactive de la peine de mort dans le monde, allant du bleu, pays abolitionnistes, au rouge, pays où la peine de mort est pratiquée, qu’importent les crimes. Durant mon mandat, je ferai en sorte que le bleu se déploie le plus possible sur cette carte. En d’autres termes, j’aspire à l’abolition universelle de la peine de mort !

 

 

49 États appliquent toujours la peine de mort dans le monde. La Chine, l’Iran, l’Égypte, l’Irak et l’Arabie saoudite sont les pays qui exécutent le plus. L’Inde, Oman, le Qatar et Taïwan ont de leur côté repris les exécutions en 2020. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Qu’est ce que cela dit de notre humanité ? Comment un pays peut-il tuer au nom de la justice, elle-même rendue au nom du peuple ? Comment un État peut-il réprimer le crime, mais reproduire à son tour la même violence ? Cela n’a-t-il pas pour effet, au contraire, de légitimer la violence ? C’est inhumain et incompréhensible.

Dans le détail, dans le monde, 106 États sont abolitionnistes pour tous les crimes, neuf États sont abolitionnistes pour les crimes de droit commun (crimes très graves), 34 États sont en moratoire sur les exécutions (pas d’exécution depuis au moins dix ans) et comme vous le disiez, 49 États appliquent toujours la peine de mort dans le monde (chiffres au 10 octobre 2020).

Concernant la Chine, il est en effet très difficile d’obtenir des données officielles. Cela se compte en milliers d’exécutions [même si les chiffres ne sont pas officiels, la Chine compterait plus d’exécutions que tous les autres pays réunis, ndlr]. Mais plus largement, le pays interroge en matière de droits de l’homme. Il semblerait que la peine de mort y soit assez « banalisée », tant les motifs la justifiant peuvent être divers. On se demande alors quelle est la valeur d’une vie humaine. Le chemin vers l’abolition est encore long…

On exécute également beaucoup au Moyen-Orient, particulièrement en Iran, qui est le pays qui a le taux d’exécution par habitant le plus élevé. Selon le rapport annuel mené par l’Iran Human rights et l’observatoire d’ECPM, plus de 250 personnes ont été exécutées en 2019. ECPM de concert avec les partenaires locaux travaillent également sur les conditions de détention en Iran, et à travers les rapports réalisés, espèrent rendre visible la situation, le regard des autres nations pouvant influencer sur les décisions du pays.

Les choses tendent toutefois à évoluer, notamment en Afrique. En 2020, le Tchad a aboli la peine de mort pour tous les crimes, marchant dans les pas du Burkina Faso (2018) et de la République du Congo. Il devient ainsi le 22e État africain et le 106e État abolitionniste dans le monde.

En mars 2021, la Virginie (États-Unis) est devenu de son côté le 23e État américain à abolir officiellement la peine de mort, et le Soudan a décidé de la supprimer pour les personnes homosexuelles (au 1er octobre 2020, 11 États dans le monde continuent de condamner à mort l’homosexualité. ndlr).

Aussi, ECPM souhaite être au cœur du plaidoyer mondial pour l’abolition auprès des gouvernements rétentionnistes et dans les grandes instances internationales.

 

 






 

Amnesty International a recensé 483 exécutions dans 18 pays en 2020, soit une baisse de 26 % par rapport aux 657 exécutions enregistrées en 2019. Quel regard portez-vous sur ces chiffres ?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : malgré une baisse des chiffres et la désorganisation due à la pandémie, en 2020, la peine de mort n’a pas été confinée dans le monde.

Avec le Covid, nous avons tous vécu l’enfermement, l’isolement. Nous aurions alors pu croire que cette situation exceptionnelle allait provoquer un sursaut de sensibilisation pour la cause des personnes détenues et la peine de mort auprès des populations. Il n’en est rien, car malheureusement, je n’ai pas constaté de réel engagement à ce sujet.

Cela questionne sur le rôle de la détention, qui a un aspect répressif, mais aussi de réhabilitation, un volet fondamental mais totalement abandonné par les pays qui pratiquent la peine de mort. Les personnes condamnées, n’ont définitivement plus leur place dans la société. Aujourd’hui, 20 000 personnes sont détenues dans les couloirs de la mort. L’isolement apparaît comme une mort sociale, avant l’exécution ultime. Certaines y restent 5, 10, 20 ans, le temps d’expiration des délais de tous les recours. Des décennies plus tard, la personne exécutée est-elle alors la même que celle qui a commis le crime ? Qui exécutons-nous ?

 

 

La Biélorussie est le seul pays européen à pratiquer la peine de mort à ce jour. Qu’est ce que cela révèle ?

Ce pays pose indéniablement des difficultés au niveau des droits de l’homme de façon générale. Certaines valeurs entrent vigoureusement en opposition avec celles de l’Union européenne. Peut-on se considérer européen quand on pratique la peine de mort ? Je m’interroge. Le pays est toutefois enclavé, entouré de nations officiellement abolitionnistes. On peut espérer que cela puisse provoquer une influence positive...

 

 






On sait pourtant que la peine de mort n’a pas d’incidence sur le taux de criminalité. On se souvient de la phrase de Robert Badinter, aujourd’hui président d’honneur d’ECPM : « Si la peur de la mort arrêtait les hommes, vous n’auriez ni grands soldats, ni grands sportifs ». Comment expliquez-vous alors sa place dans le monde, encore aujourd’hui ?

Je ne l’explique pas. Car en effet, les statistiques le prouvent : l’adage « œil pour œil - dent pour dent » nest absolument pas dissuasif. La peine de mort déshonore les sociétés qui la pratiquent, et tend à nourrir un sentiment de vengeance et de haine. Cette violence de l’État légitime l’acte de tuer, le bourreau reproduisant le geste de l’assassin. Existe-t-il de bonnes raisons de tuer ? Cela est réellement incompréhensible pour moi.

 

 

Le 1er juillet dernier, le procureur général des États-Unis, Merrick Garland, a imposé un moratoire sur les exécutions fédérales pendant que le ministère de la Justice poursuit son examen sur la peine de mort. Pour rappel, depuis la reprise des exécutions capitales aux États-Unis en 1977, il y a eu 16 exécutions au niveau fédéral, dont 13 en 2020-2021 sous l’administration Trump. Quels commentaires pouvez-vous faire à ce sujet ?

Nous avons beaucoup d’espoir avec l’élection de Joe Biden, car tenter d’abolir la peine de mort au niveau fédéral au x États-Unis était l’une de ses promesses de campagne. Le 1er juillet dernier, un moratoire sur les exécutions fédérales a en effet été imposé, le « caractère arbitraire de son application » a notamment été soulevé ainsi que « son impact disproportionné sur les personnes de couleur ». La suspension des exécutions fédérales pourrait être un premier pas vers l’abolition.

Aujourd’hui, aux États-Unis, la peine de mort est appliquée dans 27 des 50 États fédérés que compte le pays. Étonnant pour une démocratie libérale, mais je pense que le droit de porter une arme participe à cette banalisation de la violence. Si Joe Biden parvient à faire voter une loi éliminant la peine de mort au niveau fédéral, cela pourrait avoir des répercutions dans le monde, car nombreux sont les États pratiquant la peine de mort à « se cacher » aujourd’hui derrière la vitrine et la stature démocratique des États-Unis. Il s’agit pour eux d’un bouclier moral. Le mouvement lancé par les États-Unis pourrait ainsi provoquer un effet domino dans le monde entier.

 




« Comment un État peut-il réprimer le crime,

mais reproduire à son tour la même violence ? »




 

En France, selon les sondages, l’opinion publique demeure majoritairement favorable à la peine de mort. Quelles actions entendez-vous mettre en place pour sensibiliser les citoyens ?

En 1981, Robert Badinter a fait voter la loi portant abolition de la peine de mort ; un acte fort quand on sait qu’à l’époque, les Français n’y étaient pas favorables.
Et encore
aujourd’hui, l’opinion publique fluctue au rythme de l’actualité. Un crime terrible fera facilement rejaillir le débat, mais il faut cependant parvenir à dépasser ce sentiment de vengeance personnelle pour se poser la question : dans un État de droit, dans le pays des Lumières, l’
État peut-il exécuter ? Cette sanction irrévocable n’autorise aucune erreur, aucun égarement de l’humanité.

Encore aujourd’hui, certains partis politiques se positionnent pour un retour de la pleine de mort en France. Rien n’est jamais acquis ni établi, c’est pourquoi il est important de continuer à convaincre. Parce que l’opinion publique doit sans cesse être informée, le pôle "Eduquer  « d’ECPM continue à sensibiliser les collégiens à la question de la peine de mort. Avec son projet « Éduquer à l’abolition » créé en 2009, l’association a pu développer différents modes de sensibilisation des jeunes, notamment via des interventions scolaires durant lesquelles des personnes, témoins de condamnation à mort dans d’autres pays, partagent avec les élèves leur expérience.

Nous réalisons aussi, chaque année, un concours international d’affiches intitulé "Dessine-moi labolition", auquel une centaine d'élèves de 14 à 20 ans du monde entier concourt.

Nous participons également aux congrès mondiaux, organisons des actions le 10 octobre, pour la Journée mondiale contre la peine de mort, et proposons des formations tout au long de l’année, toujours dans le but de continuer à sensibiliser l’opinion.

Quand on parle de l’abolition en France, on cite la loi de 1981, bien sûr, mais je tiens aussi à rappeler l’action de Jacques Chirac qui, après avoir fait partie des 37 députés de droite à approuver le projet de loi « portant abolition de la peine de mort » à l’Assemblée nationale en 1981, a, en 2007, fait inscrire l’abolition dans la Constitution : « La mort ne sera jamais un acte de justice » (article 66-1). Cest un engagement fort, car plus quune simple loi, la réintroduction de la peine de mort impliquerait notamment une révision de la Constitution.



 


Enfin, comment entendez-vous commémorer les 40 ans de l’abolition de la peine de mort en France ?

L’ECPM célèbre cette année les 40 ans de l’abolition en France à travers l’organisation d’une multitude d’activités dans plusieurs villes de France.

à Paris, en partenariat avec la ville, l’association proposera, du 9 au 31 octobre, une exposition sur les grilles de l’Hôtel de ville intitulée « Portraits de l’abolition en France et ailleurs » présentant sur 30 panneaux, les principaux acteurs et actrices de l’abolition en France et dans le monde. Une déclinaison virtuelle de cette exposition sera également visible sur notre site.

Nous allons également réaliser un Parcours pédagogique sur l’histoire de l’abolition de la peine de mort en France. Plusieurs sites parisiens qui ont fait l’histoire de la peine de mort et de son abolition en France (la place de la Bastille, la Concorde, la maison de Victor Hugo) accueilleront des supports ludo-pédagogiques et proposeront des activités destinées tant aux groupes scolaires qu’au grand public.

Nous organiserons également un concert à la BNF. Il s’agit de la création mondiale d’une œuvre chorale pour l’abolition de la peine de mort. Des compositeurs de chaque continent déclineront en cinq langues leur volonté de soutenir l’abolition universelle de la peine de mort.

Nous aurons aussi un stand au Village de l’abolition, qui prendra place de la Bastille, le 9 octobre.

Nous avons également participé au colloque organisé à l’Assemblée nationale le 15 septembre dernier, et participerons au débat qui se tiendra à la Maison du barreau et à celui intitulé « Femme et peine de mort » qui aura lieu au Panthéon, le 10 octobre prochain.

Nous poursuivons enfin nos cycles d’interventions scolaires auprès des établissements du secondaire, toujours dans ce souci de sensibiliser les plus jeunes.

 

Propos recueilli par Constance Périn

0 commentaire
  • 2 + 2 =

Journal Spécial des Sociétés - 8 rue Saint Augustin - 75002 Paris - Tél 01 47 03 10 10