Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés
2021 : année du crowdfunding immobilier pour investisseurs comme promoteurs ?
Publié le 02/03/2021 12:35

En dépassant le demi-milliard d’euros collectés à la fin décembre, le crowdfunding immobilier est encore cette année, malgré la crise sanitaire, un véritable moteur de croissance du marché du financement participatif. 2020 fut certes une année pleine de rebondissements, mais le crowdfunding immobilier a su tirer son épingle du jeu, aussi bien auprès des investisseurs que des promoteurs.

 

Un marché qui poursuit sa croissance et renforce son positionnement

L’année avait très bien commencé, la collecte globale affichait une progression de 106 % par rapport au premier trimestre 2019 (source chiffres : Hellocrowdfunding.com).

Mais la crise sanitaire a stoppé net cette croissance en passant de 40 millions d’euros à 20 millions d’euros de collecte mensuelle. Toutefois, le marché a redémarré aussi vite qu’il a cessé et dès le mois de mai, les collectes dépassaient les 40 millions d’euros. Aussi, les montants moyens collectés par opération sont 30 % plus élevés en 2020 (801 453 €) qu’en 2019 (685 510 €). Fin décembre, le total des montants levés sur l’année s’estime à près d’un demi-milliard d’euros, un chiffre conséquent dans le contexte actuel.

Cependant, même si le nombre de projets financés a légèrement progressé (558 en 2020 VS 241 en 2019), la collecte totale aurait pu être encore plus conséquente s’il n’y avait pas eu cette complexité d’obtention des permis de construire liée à la fois aux Municipales et au confinement. Le volume des remboursements est, quant à lui, en forte augmentation (174 millions d’euros en 2020 VS 111 millions d’euros en 2019) attestant de la pérennité du modèle et de la qualité des processus de sélection des projets proposés. Toutefois, il faudra s’attendre en 2021 à des délais de remboursement prolongés, car outre les retards déjà accumulés pour les travaux en cours, les chantiers seront plus longs à réaliser à cause des protocoles sanitaires. Un impact déjà visible puisque la durée moyenne de remboursement est passée de 20 à 21 mois. Le rendement moyen délivré se maintient quant à lui aux alentours de 9,4 %*.

 

Une dynamique positive portée par la digitalisation

Un résultat d’autant plus remarquable que la crise a fortement impacté le secteur de l’immobilier qui est resté à l’arrêt pendant des semaines. Le succès de ces récentes collectes montre que les investisseurs sont toujours présents. Cela se justifie par le fait que le rendement moyen est toujours aussi attractif, mais aussi par la digitalisation du placement. Là où d’autres placements immobiliers ont des processus très archaïques, le crowdfunding immobilier fait preuve d’une grande modernité grâce à son offre digitalisée. Un atout loin d’être anodin puisque plus d’1 million de personnes ont investi plus d’1,2 milliard d’euros dans le crowdfunding en France, l’imposant ainsi en quelques années seulement dans le paysage des produits d’épargne.

 

Une solution pour relancer l’économie française

Et ce n’est pas fini ! Le crowdfunding a un rôle important à jouer pour répondre à la relance économique du pays après la crise sanitaire. Pas moins de 85 milliards d’euros ont été épargnés par les Français depuis janvier 2020. En plus d’avoir un rendement très faible (0,5 %), les livrets traditionnels ne font pas tourner la machine économique. Et pour répondre à la relance économique tout en bénéficiant de rendements élevés (entre 7 et 10 %*) le crowdfunding immobilier s’avère être un placement intéressant. En effet, il permet aux particuliers d’affecter leur épargne en direct, au projet de leur choix, pour financer l’économie réelle tout en bénéficiant de rendement important à court terme (12-24 mois). Et mobilisant une partie de leur épargne dans des projets de crowdfunding immobilier, les épargnants aident à préserver des emplois dans le BTP et répondent à la crise du logement en France.

 

Une solution de financement post-crise pour les promoteurs

Ces deux dernières années, de nouveaux acteurs immobiliers ont investi le marché du crowdfunding. Cette tendance s’est encore confirmée cette année avec l’arrivée d’acteurs emblématiques de la promotion immobilière. Cela s’explique par le relèvement du seuil à huit millions qui a ouvert la voie à des projets et des opérateurs plus importants. Et maintenant que les acteurs emblématiques ont prouvé leur capacité à lever des sommes de plus en plus importantes dans des délais relativement courts (un mois), les gros opérateurs optent plus facilement pour une diversification de leurs sources de financement via une levée de fonds en crowdfunding.

2021 devrait être l’année où les 10 promoteurs les plus importants devraient faire appel aux plateformes. D’autant qu’ils pourraient avoir besoin de plus de fonds propres après la crise, les mesures sanitaires ayant stoppé net les chantiers et entrainé de nombreux retards administratifs, bloquant ainsi les fonds propres des promoteurs. En parallèle, les banques peuvent leur demander un niveau de fonds plus élevés, une difficulté à laquelle le crowdfunding est prêt à répondre en 2021.

 

* Les performances passées ne présagent pas des performances futures.

 

Quentin Romet,

Président d’Homunity

0 commentaire
  • 6 + 1 =

Journal Spécial des Sociétés - 8 rue Saint Augustin - 75002 Paris - Tél 01 47 03 10 10