Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés
En bref en IDF !
Publié le 20/05/2020

PARIS

Certains musées pourraient rouvrir le 16 juin

 

Sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire et des décisions des autorités, certains musées de la Ville de Paris pourraient rouvrir dès le 16 juin 2020.

 

Selon cette dernière, les premiers musées à accueillir les visiteurs seraient le musée Bourdelle, le musée de la Libération de Paris - musée du général Leclerc - musée Jean Moulin, le musée de la Vie romantique et la maison de Balzac. Les expositions présentées dans ces musées au moment du confinement seraient alors prolongées.

 

« Le 16 juin, le Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, rouvrira également ses portes et présentera l’exposition « La force du dessin - Chefs d'œuvre de la Collection Prat » jusqu’au 4 octobre 2020. Le musée Cernuschi, consacré aux arts de l’Asie, et les Catacombes de Paris devraient aussi être accessibles au public ce jour-là. Concernant le musée d’Art moderne de Paris et le musée Cognacq-Jay, leurs réouvertures sont prévues pour juillet. Leurs expositions temporaires ont toutefois été décalées à l’automne. Quant à la Crypte archéologique de l’Île de la Cité, elle accueillera l’exposition « Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo à Viollet le Duc » lors de la réouverture du parvis de la cathédrale », précise le site de la Ville.

Enfin, les musées fermés pour rénovation, tels Carnavalet, le Palais Galliera et la maison Victor Hugo, doivent attendre de voir leurs travaux reprendre et être achevés avant d’accueillir du public.

 

Ces réouvertures progressives seront confirmées au début du mois de juin.

 

 


YVELINES

Des caméras géothermiques

À partir du 1er juin 2020, le Département des Yvelines va installer, par l’intermédiaire de Seine-et-Yvelines Numérique, des caméras géothermiques dans 70 infrastructures accueillant du public (secteurs d’action sociale, PMI, centres de planification et d’éducation familiale, archives départementales, sièges administratifs…). Celles-ci sont des outils d’évaluation de la température corporelle qui détectent le moindre signe de fièvre, un des premiers symptômes causés par le virus. « Une personne qui a une température corporelle au-dessus de 38°C va faire sonner la caméra. Elle sera ensuite contactée par les services d’accueil qui l’orienteront sur la marche à suivre », a expliqué Pascal Marteau, directeur du développement de Seine-et-Yvelines Numérique. L’accueil l’informera de son état de santé et lui proposera de revenir après la consultation d’un médecin. « Mais personne ne sera mis dehors », a promis Louise Bersihand, directrice du Territoire d’action départemental (TAD) de Saint-Quentin-en-Yvelines. Le Département des Yvelines a investi près de 420 000 euros pour ces équipements. Chaque établissement informera les visiteurs de la présence de ces caméras, par conséquent ceux qui ne souhaitent pas être captés pourront le demander.



ESSONNE

Succès de la prime Eco-logis 91

« Plus d’un an après son lancement, la Prime éco-logis 91 est un succès » peut-on lire sur le site essonne.fr. Cette prime est une aide sans condition de ressources qui permet aux Essonniens d’effectuer des travaux de rénovation de leur résidence principale. « À l’heure du déconfinement et de la reprise des activités des entreprises, le Département veut relancer la dynamique dans le bâtiment et les travaux publics. La prime éco-logis 91 constitue un moyen concret de soutenir la filière, touchée de plein fouet par la crise du Covid 19 et le ralentissement des activités » explique François Durovray, président du Conseil départemental. Jusqu’à présent réservée aux propriétaires d’un logement et aux syndicats de copropriété, la prime a été élargie à d’autres occupants d’un logement (associés de sociétés civiles immobilières, usufruitiers...), à l’exception des locataires et des propriétaires bailleurs. Le département a également annoncé que de nouveaux types de travaux seront pris en charge : remplacement des portes d’entrée et volets isolants, installation de puits canadiens ou provençaux... Quant à la durée de réalisation des travaux, celle-ci est allongée à 24 mois et des acomptes peuvent être versés aux syndicats de copropriétaires. Enfin, les bénéficiaires ont la possibilité de déposer une demande de PEL 91 complémentaire à celle déjà demandée jusqu’au 31 décembre 2021.



HAUTS-DE-SEINE

Coronavirus : Première journée sans décès dans les hôpitaux du département

 

La journée du jeudi 21 mai a été marquée par un record dans les hôpitaux des Hauts-de-Seine : aucun décès n’y est survenu des suites du Covid-19.

C’est la première fois depuis le 17 mars, et la mise en place des mesures de confinement, apprend-on sur le site actu.fr. Ce même jour, 119 patients étaient présents dans les services de réanimation. Cela accompagne la tendance nationale d’hospitalisation à la baisse constatée depuis mi-avril.

 

Depuis le 17 mars, le Covid-19 a provoqué 994 décès dans le département, tandis que 3669 patients, qui avaient été hospitalisés, sont rentrés chez eux suite à leur guérison. 

 

Selon actu.fr,  l’Île-de-France a connu au total 6 867 décès à l’hôpital depuis le 17 mars.

 

 

SEINE-SAINT-DENIS

Aide exceptionnelle de solidarité : 36,1 millions d’euros versés à 157 062 foyers

 

Alors que la crise sanitaire causée par l’épidémie de COVID-19 touche durement de nombreux foyers, le Président de la République avait annoncé le 13 avril dernier le versement d’une aide exceptionnelle de solidarité afin de soutenir ces foyers démunis ou modestes face aux difficultés financières.

 

C’est aujourd’hui chose faite, puisque celle-ci a été versée automatiquement aux personnes qui y ont droit, en une seule fois, le 15 mai, par la Caisse d’allocations familiales (CAF).

En Seine-Saint-Denis, 157 062 foyers sont concernés, dont 234 344 enfants.

Cette aide exceptionnelle est de 150 euros pour les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), de l'allocation de solidarité spécifique (ASS), de la prime forfaitaire pour reprise d'activité, de l'allocation équivalent retraite (AER) ou du revenu de solidarité (RSO),  à laquelle s'ajoutent 100 euros supplémentaires par enfant à charge.

 

Les bénéficiaires d'une des aides personnalisées au logement qui ne touchent pas le RSA ou l'ASS bénéficient d'une aide de 100 € par enfant à charge.

 

Au-delà de cette aide exceptionnelle de solidarité, de nouvelles dotations de chèques d’urgence alimentaire seront bientôt distribuées via les CCAS (Centres communaux d’action sociale) ou les associations d’aide alimentaire.

 

Globalement, ce sont 5,5 millions d’euros d’aide alimentaire d’urgence qui auront été distribués aux ménages précaires ou modestes en Seine-Saint-Denis depuis le début du confinement.

 

 

VAL-D’OISE

Des pistes cyclables aménagées à Cergy-Pontoise

 

Le vélo, un nouveau moyen de transport très à la mode. Pour preuve, la commune de Cergy-Pontoise œuvre, depuis le 18 mai, à la création des « coronapistes ». Concrètement, il s’agit pour la ville de matérialiser des pistes cyclables afin d’offrir aux usagers une alternative aux modes de transports lourds (RER et bus) et limiter l’usage de la voiture.

 

L’objectif : transformer 24 kilomètres de voiries en pistes cyclables. Seront concernés les principaux axes comme les boulevards de l'Oise et de l'Hautil, dans leur partie située dans le Grand-Centre de Cergy, le boulevard du Port, l'avenue François-Mitterrand, l'avenue des Bellevues ou le boulevard du Moulin à Vent également.

 

Cet aménagement urbain vise à construire une piste dénommée la « cyclable des 3 gares ». Ce nouvel espace sécurisé devrait s’étendre sur 6 kilomètres. Il permettra d’établir une connexion entre la gare de Cergy-le-Haut et de Cergy-Préfecture, pour une mise en service le 5 juin prochain.

0 commentaire
9 + 5 =

Journal Spécial des Sociétés - 8 rue Saint Augustin - 75002 Paris - Tél 01 47 03 10 10