En bref en IDF (93, 91, 78)
Publié le 27/11/2022 à 10:00

SEINE-SAINT-DENIS

Aubervilliers a organisé ses premières assises contre les violences faites aux femmes

La Ville d’Aubervilliers a organisé ses premières assises contre les violences faites aux femmes. Le choix de la date s’est porté sur le 23 novembre, car le 25 a lieu la Journée internationale de lutte contre les violences à l'égard des femmes. Diverses interventions étaient prévues au programme de cette journée. La matinée était réservée aux acteurs susceptibles d’accueillir, prendre en charge et/ou orienter une personne victime de violences au sein du couple. Et l’après-midi, étaient organisées des tables rondes portant sur le repérage et la détection des violences au sein du couple, la protection des femmes victimes de violences au sein du couple, l’accompagnement des femmes victimes de violences au sein du couple et enfin la prévention des violences au sein du couple. Lors de cette journée, sont notamment intervenus Isabelle Rome, ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Isabelle Pantèbre, préfète déléguée à l’Égalité des chances en Seine-Saint-Denis, Charlotte Baelde, conseillère régionale Île-de-France, déléguée spéciale à l’égalité femmes-hommes et Eric Mathais, procureur au tribunal de Bobigny. Karine Franclet, maire d’Aubervilliers a déclaré : « j’espère apporter notre contribution pour que la société puisse évoluer vers davantage de justice et d’égalité. La question des violences faites aux femmes est un sujet grave : par ses conséquences, par sa permanence, par son enracinement. Malgré des progrès … Un travail immense est encore devant nous. »

À l’occasion de cette journée, a été remis un chèque d’un montant de 2 150 euros à l’association La Main tendue à l’initiative du Conseil local des Jeunes d'Aubervilliers. Les fonds ont été récoltés lors de l’événement Cycle & Collect, qui a eu lieu le 8 octobre dernier, lors duquel 70 personnes volontaires ont parcouru 100 kilomètres entre Provins et Aubervilliers, pour récolter des dons afin de sensibiliser les habitants d’Aubervilliers aux violences faites aux femmes.

Les 25 et 26 novembre prochains auront d’ailleurs lieu à Nantes les premières assises nationales contre les violences faites aux femmes.

 

 

ESSONNE 

L’Essonne fixe sa trajectoire budgétaire jusqu’en 2028 pour améliorer l’efficacité des politiques publiques 

Le Département de l’Essonne se dote d’un nouvel instrument de gestion. En effet, à l’occasion de la dernière assemblée départementale, le 21 novembre, les élus ont voté une feuille de route budgétaire jusqu'en 2028, sous forme de programmation pluriannuelle de fonctionnement (PPF) et en complément du plan pluriannuel d’investissement (PPI), pour établir une trajectoire financière sur 7 ans. 

Objectif : avoir une meilleure visibilité et évaluer l’impact financier des politiques publiques. « Ce n’est pas une règle d’or mais un cadre de référence qui pourra être actualisé et réajusté », indique le Département. Ce dernier souhaite ainsi mieux piloter les politiques publiques en fonctionnement et dégager des marges « afin d’investir pour le développement du territoire et pour les Essonniens ».  

Avec 1,29 milliards d’euros de dépenses réelles de fonctionnement prévues pour 2023 et 1,416 milliards d’euros pour 2028, les efforts porteront sur les personnes handicapées - avec un plan de création de places en établissements ambitieux (plus de 500 places) à hauteur de 20 millions d’euros et le développement du maintien à domicile en priorité par rapport au placement en établissement - mais aussi l’insertion des allocataires du RSA, la protection de l’enfance et les collèges.

 

 

YVELINES

Le Département partenaire de trois communes pour des projets de rénovation urbaine

Le département des Yvelines a annoncé le 15 novembre dernier soutenir la rénovation de trois projets dans trois communes différentes.

Le Quartier prioritaire de la politique de la ville Beauregard à Poissy, dont les travaux ont été lancés en mai dernier pour une durée de 32 mois, fait partie de ces projets en partie financés par le Département. 328 logements sont concernés, et 80 nouveaux logements seront construits.

À Élancourt, c’est le Quartier prioritaire de la politique de la ville des Petits Prés dont le coût des travaux va être en partie pris en charge par le Conseil départemental. Ce projet comporte notamment la fusion de deux écoles, et la reconstruction d’un autre établissement scolaire d’ici 2027.

Enfin, le Quartier de veille active de la Fontaine Saint-Martin à Saint-Cyr-l’École va également bénéficier d’une enveloppe départementale. Cette rénovation a été réalisée dans le cadre de la politique de rénovation urbaine lancée par le Département en 2015.

Ces projets « ne bénéficient d’aucun soutien de l’Etat et s’appuient principalement sur le concours du Département pour assurer leur concrétisation », déplore le Conseil départemental. Ces projets nécessitent aujourd’hui l’élaboration de protocoles de gouvernance. L’objectif de l’opération : pérenniser le partenariat installé pour l’élaboration des projets, veiller à leur bonne mise œuvre mais aussi tenir compte de la complexité des travaux à mener et de la multiplicité des acteurs.

Compte tenu de la complexité des opérations, le Département a proposé aux partenaires d’établir des protocoles de gouvernance afin, notamment, de poursuivre le partenariat existant pour l’élaboration des projets et veiller à leur bonne mise œuvre dans le respect des objectifs fixés collectivement.

Au total, l’institution affirme soutenir, à ce jour, 11 projets de rénovation urbaine pour près de 382 millions d’euros.



0 commentaire
  • 5 + 9 =
Poster
IDF

Nos derniers articles

Serge Grudzinski, auteur, dirigeant de la société Humour Consulting Group depuis 1993, a inventé un ...
Le 19 janvier, le ministre Bruno le Maire a annoncé la réouverture du registre des bénéficiaires eff...
Dans cette tribune, Marie-Bénédicte Desvallon, avocate et responsable de la Commission ouverte Droit...