Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés
En bref en Île-de-France ! (92, 93, 78, 94)
Publié le 19/06/2021 09:00

HAUTS-DE-SEINE 

Guy Durand, nouveau président de la Chambre des notaires des Hauts-de-Seine

 

 Le 1er juin dernier, s’est tenue la séance d’installation du nouveau président de la Chambre des notaires des Hauts-de-Seine. Maître Guy Durand, notaire à Courbevoie, a pris ses fonctions, succédant à Hélène Lapeze-Kermarrec.

Diplômé de Centre d’Études Supérieures du Notariat, puis titulaire du Diplôme Supérieur du Notariat, Guy Durand est entré dans le notariat en 1993.

Guy Durand, 52 ans, exerce ses fonctions de notaire depuis 2004 dans une étude à Courbevoie avec deux associés, six notaires salariés et 28 collaborateurs. Son Étude fait partie de 7 Seine Notaires qui regroupe trois offices des Hauts-de-Seine.

Élu Membre de la Chambre en 2013 puis vice-président en mai 2015, il a été réélu en octobre 2020 pour exercer les fonctions de 1er vice-président de la Chambre des Notaires des Hauts-de-Seine. À ce titre, il a été en relation avec son homologue de la Chambre Interdépartementale des notaires de Paris et avec les autres Chambres du Grand Paris à l’occasion de la préparation des universités Régionales du Notariat.

Il a été co-président de la Commission « Actes courants » de  2019 à 2021 et est membre de la Commission sur le logement des Notaires du Grand Paris.

À cette même occasion, la nouvelle chambre des notaires du 92 a également été installée.

 




VAL-DE-MARNE

Encore quelques jours pour découvrir l’œuvre d’Henri de Maistre, à Créteil

 

L’association Chemin des Arts a pour objectif la promotion de l’art et du patrimoine religieux dans un dialogue avec toutes les formes d’expressions artistiques, dans le Val-de-Marne. Jusqu’au 27 juin, elle met à l’honneur l’œuvre d'Henri de Maistre, peintre et directeur des Ateliers d’Arts Sacrés de 1926 à 1947, à l’espace culturel Cathédrale.

« De double vocation de peintre profane et religieux, directeur des Ateliers d’Arts Sacrés de 1926 à 1947, Henri de Maistre passe son enfance en Normandie, dans le domaine familial de Beaumesnil. Ayant découvert très tôt sa vocation d’artiste, il s’inscrit après sa scolarité à l’École des Beaux-Arts à Paris, dont il rejette rapidement l’académisme », explique la municipalité. Il réalise alors des décorations profanes dans plusieurs propriétés privées, pendant lesquelles il perfectionne son art de la composition. Présent aux grandes manifestations de l’entre-deux-guerres, « la période 1930-1947 est pour Henri de Maistre d’une grande activité, aussi bien dans le cadre des Ateliers d’Art Sacré dont il est la figure incontournable au début du XXe siècle, qu’à titre personnel ». 

Chemin des Arts dévoile, à l’occasion de cette exposition réalisée en étroite collaboration avec la famille de l’artiste et le Musée des Beaux-Arts de la ville de Bernay, une sélection de dessins, d’esquisses peintes et de cartons de fresques ainsi que des tableaux et portraits.

 

Informations :

Accès libre tous les jours de 15h à 17h et sur rendez-vous

Grande Galerie de l’Espace Culturel de la Cathédrale

2 rue Pasteur Vallery Radot 94000 Créteil

Adresse mail : contact@chemindesarts.com – Téléphone : 01 45 17 24 10




SEINE-SAINT-DENIS

Un équipement dédié aux handisports ouvrira pour les Jeux Olympiques 2024 à Bobigny

 

Le conseil départemental a désigné à l’unanimité, le groupe Demathieu Bard, ce lundi 14 juin, pour être le maitre d’œuvre du Pôle de Référence Inclusif Sportif Métropolitain (le Prisme). Le groupe s’est associé à Gulizzi Architectes, l’Agence Roméo Architecture, CET Ingénierie, Le Sommer Environnement, BurgeapD&HPeutz & Associés, MBAcityIdex Energies et Demathieu Bard Maintenance.

L’équipement sportif dont le financement s’élève à 49 millions d’euros est construit à l’initiative de Solideo (société de livraison d’ouvrage olympique), du département de Seine-Saint-Denis, du comité de Paris 2024 et de la ville de Bobigny.

Ce nouveau lieu est présenté comme un équipement unique en Europe, de par sa taille et sa spécialisation dans le handisport, en effet le site a pour vocation d’accueillir les compétitions handisport de haut niveau. C’est aussi, le plus grand projet handisport annoncé par les organisateurs des Jeux olympiques de 2024. Le département « espère ainsi qu’il pourra servir de lieu d’entraînement aux athlètes concourant aux Jeux paralympiques ». Le projet est construit ab côté du stade de la Motte, sur un terrain de 13 100 m2 et développe 8 2000 m2 d’espace utile. Jusqu’à 2000 usagers simultanément.

Le Prisme abritera non seulement un gymnase, un mur d’escalade, une salle de danse, une de musculation et une pour pratiquer la Bocia (la pétanque en fauteuil). Mais aussi, une piste d’athlétisme faite pour accueillir tout type de handicap, une grande salle multisports avec gradin adapté pour les fauteuils roulant et une salle vidéo dédiée au e-sport.

Un pôle santé est également prévu avec un espace de balnéothérapie, de kinésithérapie, de soins, de récupération et de rééducation. De plus, un centre de recherche sur la santé sera créé, comprenant un espace de ressources approvisionné par les fédérations sportives et l’université Sorbonne Paris Nord.

« Après une phase de conception, d’études et d’obtention du permis de construire, les travaux débuteront au deuxième semestre 2022 et s’achèveront au premier semestre 2024, pour une mise en service en mai 2024 », souligne la collectivité. A l’origine, les travaux du PRISME devaient débuter au dernier trimestre 2021 pour ouvrir ses portes en 2023. 

 



YVELINES

Renault s’allie à une start-up allemande pour développer un système de stockage d’électricité mobile

 

Renault a annoncé, lors du salon parisien Vivatech, ce mercredi 16 juin, avoir passé un accord avec la start-up allemande Betteries AMPS, spécialisée dans le recyclage des batteries de voitures électriques. Le but de cette alliance est de développer et d’assembler des composés de modules de batteries issus de véhicules électrique usagés. 

Ce système mobile de stockage stationnaire se fera dans une usine renommée « Re-Factory » à Flins-sur-Seine, dans les Yvelines. Cette usine sert à assembler les véhicules neuf depuis sa création dans les années 50, mais seulement pour quelques années encore. En effet, le groupe Renault projette de cesser l’assemblage de voiture à cet endroit. Ce projet s’inscrit dans la volonté du groupe de s’engager vers une économie circulaire.

Les batteries récupérées serviront à élaborer des générateurs électriques transportables. Ce système de batterie devrait permettre d’alimenter des chantiers BTP, des Food truck, des tournages ou bien des petits bateaux électriques en stockant de l’énergie solaire quand le raccordement à un réseau est impossible. Le stockage d’énergie joue un rôle majeur dans le développement des énergies renouvelables. 

De fait, l’énergie fournit par les éoliennes ou les panneaux photovoltaïques varie en fonction des conditions climatiques et ne procurent donc pas un apport égal et régulier en électricité. Le stockage par batterie stationnaire pourrait justement pallier cette irrégularité. De plus, elles émettent zéro émission, sont silencieuses et « Facilement transportable, ce système est composé de 1 à 4 éléments de 2,3 kWh et peut ainsi atteindre une capacité de 9,2 kWh, soit l’équivalent de la consommation moyenne d’un foyer sur une journée », a indiqué le porte-parole de Mobilize à l’agence de presse Reuters. La capacité initiale de production serait d’environ 4 000 éléments de 2,3 kWh par an et devrait débuter en septembre prochain.

Betteries AMPS a été créé en 2018 et travaillait déjà avec le groupe Renault au sein de l’incubateur « stations Flins » consacré à donner une deuxième vie aux batteries des voitures électriques.

 

 


 

VAL-DE-MARNE

Encore quelques jours pour découvrir l’œuvre d’Henri de Maistre, à Créteil

 

L’association Chemin des Arts a pour objectif la promotion de l’art et du patrimoine religieux dans un dialogue avec toutes les formes d’expressions artistiques, dans le Val-de-Marne. Jusqu’au 27 juin, elle met à l’honneur l’œuvre d'Henri de Maistre, peintre et directeur des Ateliers d’Arts Sacrés de 1926 à 1947, à l’espace culturel Cathédrale.

« De double vocation de peintre profane et religieux, directeur des Ateliers d’Arts Sacrés de 1926 à 1947, Henri de Maistre passe son enfance en Normandie, dans le domaine familial de Beaumesnil. Ayant découvert très tôt sa vocation d’artiste, il s’inscrit après sa scolarité à l’École des Beaux-Arts à Paris, dont il rejette rapidement l’académisme », explique la municipalité. Il réalise alors des décorations profanes dans plusieurs propriétés privées, pendant lesquelles il perfectionne son art de la composition. Présent aux grandes manifestations de l’entre-deux-guerres, « la période 1930-1947 est pour Henri de Maistre d’une grande activité, aussi bien dans le cadre des Ateliers d’Art Sacré dont il est la figure incontournable au début du XXe siècle, qu’à titre personnel ». 

Chemin des Arts dévoile, à l’occasion de cette exposition réalisée en étroite collaboration avec la famille de l’artiste et le Musée des Beaux-Arts de la ville de Bernay, une sélection de dessins, d’esquisses peintes et de cartons de fresques ainsi que des tableaux et portraits.

 

Informations :

Accès libre tous les jours de 15h à 17h et sur rendez-vous

Grande Galerie de l’Espace Culturel de la Cathédrale

2 rue Pasteur Vallery Radot 94000 Créteil

0 commentaire
  • 7 + 5 =

Journal Spécial des Sociétés - 8 rue Saint Augustin - 75002 Paris - Tél 01 47 03 10 10