Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés
Journal d'annonces légales et de formalités d'entreprise

Fonds monétaire international : le retour à une croissance dynamique ?

Publié le 16/05/2017

Dans un récent rapport semestriel en date du 18 avril 2017, le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la hausse ses prévisions quant à la croissance économique pour l’année en cours. L’organisme met cependant en garde contre une éventuelle « guerre commerciale » à venir, en raison de la montée inquiétante du protectionnisme au sein de l’Occident.

 

Cette annonce inattendue marque un changement de ton en ce qui concerne la santé économique mondiale. Pour la première fois depuis ces deux dernières années, le FMI entrevoit une accalmie – avec un bémol pour les États exportateurs de produits de base - grâce à une amélioration notable, bien que modeste, des perspectives mondiales. Amorcée à l’été 2016, l’embellie prévisionnelle de l’expansion économique mondiale est confirmée par l’organisme international qui annonce une croissance à hauteur de 3,5 % pour l’année 2017, contrairement aux 3,4 % annoncés en début d’année. La reprise dans l’industrie manufacturière et le commerce n’y est pas indifférente.

 

Avec 1,7 % de croissance, la zone euro voit ainsi ses prévisions reconsidérées. Et la France n’est pas en reste avec 1,4 %, bien que les résultats de son activité économique ne parviennent pas à atteindre la moyenne. Plusieurs facteurs contribuent à cette prévision de reprise : une monnaie européenne à faible taux, une croissance américaine qui se porte bien et une politique monétaire arrangeante de la part de la BCE avec les États européens.

Au Royaume-Uni, malgré le scénario catastrophique annoncé au lendemain du vote pour le Brexit, on observe une résistance de l’économie britannique avec une possible progression de 2 % contrairement au 1,1 % prévu en octobre 2016. Cependant, la partie n’est pas gagnée pour la situation économique du Royaume-Uni qui devrait ressentir les premiers effets négatifs de sa scission avec l’UE dès l’année prochaine. Le choix opéré par la Première ministre, Theresa May, d’avancer les élections législatives devrait noircir un peu plus le tableau, puisqu’il apportera son lot d’« incertitudes », ce qui « en général (...) n’est jamais une bonne chose » comme l’indique Maurice Obstfeld, chef économiste du FMI. La sortie effective du marché commun européen devrait faire plonger le taux à seulement 1,5 %.

Contrairement à ce qui a été craint, l’arrivée de Donald Trump dans le Bureau ovale n’a, jusqu’à présent, pas fait sombrer l’économie du partenaire outre-Atlantique de l’Union européenne. Bien au contraire, après un certain assouplissement, le plan de relance préparé par l’équipe du 45e président combiné à la confiance renouée avec les entreprises, a boosté l’activité économique du pays qui revoit à la hausse sa croissance prévisionnelle avec 2,3 % pour l’année 2017 et de 2,5 % pour 2018.

Quant aux pays émergents - dont le Brésil, qui bénéficierait d’une croissance de 1,7 % en 2018 -, ils devraient connaître une période plus agréable grâce à la croissance chinoise qui reste forte (6,2 % en 2018 contre 6,6 % en 2017) et à la valeur des produits de base revue à la hausse.

Le tableau n’est pas aussi rose pour l’Amérique du Sud et l’Afrique subsaharienne. Confrontés à une perte de revenus conséquente due à la chute du cours des matières premières, aux conditions météorologiques défavorables et aux instabilités politiques, ils s’exposent très certainement à une période de « famine de masse ».

 

Un système économique sur le déclin ?

 

Néanmoins, ce progrès quasi général n’est pas sans failles. En effet, bien que porté pour le moment par un nouvel élan économique, l’optimisme de l’institution internationale ne peut ignorer la conjoncture mondiale et les risques qu’elle représente.

Cette amélioration ne peut donc s’entendre qu’à court terme. Les risques de dégradation persistent. En effet, la croissance du produit intérieur brut est sur le fil du rasoir. Elle aura maille à partir avec le regain de protectionnisme constaté dans nos contrées occidentales. Ce dernier pourrait, par ailleurs, occasionner nombre de fractures au sein du marché économique mondial - déjà fragilisé par la crise de 2008 qui a creusé un peu plus le fossé des inégalités - en  « sapant les relations commerciales internationales et, plus généralement, la coopération multilatérale ». À l’occasion d’une conférence de presse à Washington, M. Obstfeld n’a d’ailleurs pas hésité à soulever la question pour le moins épineuse de la durabilité de cet élan sur le moyen et le long terme. Il en a conclu, pour le moment, que ce point « reste en suspens ».

 

La progression économique, notamment des pays avancés, risque bien de subir les effets du « chamboulement » observé dans le paysage actuel des politiques économiques, notamment en raison de la baisse des revenus, de la problématique liée au marché du travail, de la politique de repli sur soi, de la diminution des flux d’investissement à l’échelle internationale, du possible relèvement anticipé des taux d’intérêt aux États-Unis - lequel aurait pour conséquence de durcir les conditions financières au niveau mondial, que ce soit dans les pays avancés ou émergents. (…)

 

Lydia Legretard

 

Retrouvez cet article dans le Journal Spécial des Sociétés n°38 du 13 mai 2017

S’abonner au journal
0 commentaire
1 + 8 =

Journal Spécial des Sociétés - 8 rue Saint Augustin - 75002 Paris - Tél 01 47 03 10 10