Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés
Art nouveau : Quelle monnaie brassicacée fut abondamment utilisée par les artistes de l’École de Nancy dans leurs décors ?
Publié le 18/10/2020 09:30

Nancy, fin du XIXe siècle, début du XXe siècle. En 1901, l’École de Nancy, qui promeut l’Art nouveau depuis quelques années, est officiellement formalisée sous le statut associatif d’« Alliance des industries d’art ». Elle réunit des artistes décorateurs et des industriels d’art. Elle a pour objectif de promouvoir la Lorraine, les arts décoratifs, les techniques, les disciplines les plus diverses : verrerie et cristallerie, ferronnerie, reliure d’art, architecture, papier peint, ébénisterie, broderie, estampe notamment.



Émile Gallé, maître-verrier, ébéniste, céramiste, fils d’un peintre-émailleur-faïencier réputé, vice-président de la Société centrale d’horticulture, est un spécialiste de la botanique qui cultive 3 000 espèces végétales. Il fonde et préside l’École de Nancy. Il sculpte sur la porte de son atelier (visible à Nancy dans le jardin du Musée de l’École de Nancy) : « ma racine est au fond des bois ».


Louis Majorelle, ébéniste et décorateur, qui a repris l’atelier de son père Auguste, créateur de céramiques et de meubles, devient, avec Antoine Daum et Eugène Vallin, l’un des trois vice-présidents de l’École de Nancy.


Jacques Grüber, maître-verrier, prolifique dans ses productions, participe à la fondation de cette École.


D’autres artistes les accompagnent, tel Victor Prouvé.


Inventifs, créatifs, ils sont tous engagés dans une démarche naturaliste audacieuse dans la capitale lorraine (Metz est alors allemande), ville très catholique, fidèle au Pape.


Ils sont tout naturellement amateurs de monnaie…. mais surtout de monnaie du pape !


Cette plante également appelée lunaire ou herbe aux écus, de la famille des brassicacées, a des fruits ronds et plats ressemblant à des pièces de monnaie. Elle agrémente de jolis bouquets secs.


Louis Majorelle crée une lampe monnaie du pape, une rampe d’escalier monnaie du pape.


Lorsqu’il fait construire en 1901 à Nancy sa célèbre villa par l’architecte Henri Sauvage, il met la monnaie du pape partout (illustration) : en ferronnerie sur le portail d’entrée et le meuble à parapluies, en peinture sur les murs, en verre dans les vitraux et verrières réalisés par son ami Jacques Grüber.