Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés
En bref en IDF !
Publié le 14/01/2020 15:59

PARIS


Association « Coordination des associations musulmanes de Paris »


Mercredi 8 janvier, à l’occasion des deuxièmes assises parisiennes de l’islam, Michel Cadot, préfet d’Île-de-France et de Paris, a présenté la « Coordination des associations musulmanes de Paris », structure départementale faite de l’ensemble des associations musulmanes. La « Coordination des associations musulmanes de Paris » concrétise les réflexions des assises de 2018. Elle entend conforter les échanges avec les fidèles et faire le lien du niveau local au niveau national. Des actions de formation des responsables de lieux de culte musulman ont fait l’objet de discussions au cours de ces mêmes assises. L’objectif est de renforcer l’apprentissage du français et des valeurs de la République aux aumôniers et aux responsables religieux.


L’association Hozes, déjà active dans ce domaine, s’est fixée pour mission d’enseigner la langue française à des cadres religieux récemment arrivés en France mais aussi de leur détailler les institutions de la république. Hozes dispense par ailleurs une formation auprès des responsables d’association afin de leur présenter le droit associatif issu de la loi de 1905 et de celle de 1901, et de leur expliquer les règles comptables et fiscales applicables aux associations cultuelles et culturelles.


Par ailleurs, la formation « valeurs de la République et laïcité », ouverte aux aumôniers pénitentiaires de toutes les confessions a connu un franc succès en 2019. Organisée par la préfecture de région et la direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP) cette formation sera déployée au niveau des aumôneries hospitalières en 2020.


 


Yvelines


Château de Versailles : les groupes sculptés reposés sur le toit de la Chapelle royale


Deux ans après leur départ à Périgueux pour être restaurés par la société Socra, les groupes sculptés de la Chapelle royale du Château de Versailles ont été reposés le 13 janvier dernier sur le toit de la Chapelle. Une opération délicate pour les équipes du Château, qui devaient absolument les reposer avant 13h, avant que le vent ne souffle trop fort au sommet de la Chapelle. « Cela fait bientôt deux ans que les groupes sont partis en restauration, c’est assez symbolique de les voir remontés. Cela symbolise aussi la fin de la restauration de la charpente et le début de la couverture » a expliqué Stéphane Masi chargé du suivi du chantier pour le groupe Socra. La société Socra a aussi en charge la restauration des éléments de lucarne et les têtes d’anges ailés. La restauration complète du toit de la Chapelle Royale est prévue pour la fin de l’année. La société Socra travaille également sur la restauration des statues de plomb de Notre-Dame de Paris.


 


HAUTS-DE-SEINE ET YVELINES


Des chorales interdépartementales réunies 900 collégiens à la Seine musicale


Le 23 janvier prochain, la Seine musicale (Boulogne-Billancourt) accueillera la rencontre Chorale interdépartementale des Hauts-de-Seine et des Yvelines. Au total, le temps d’une demi-journée, ce sont 900 élèves  alto-séquanais et yvelinois  qui participeront à la répétition générale de la Messe en ut de Beethoven, avec le chœur Accentus et les musiciens d'Insula orchestra. Laurence Equilbey, Directrice artistique et musicale de l'ensemble en résidence à La Seine Musicale, ouvrira cette répétition avant d'en confier la baguette à Duncan Ward, chef invité.


Après une présentation du lieu d’accueil en vidéo, Patrick Devedjian et Pierre Bédier, respectivement président du conseil départemental des Hauts-de-Seine et des Yvelines présenteront les projets Chorale de deux départements. S’ensuivra  un temps partagé de pratique du chant choral avec Paul Smith, co-fondateur de l'ensemble vocal britannique VOCES8 et artiste invité du Chœur des collèges des Hauts-de-Seine 2018-2019.


Ce rendez-vous aboutira par deux concerts de restitution des élèves,  dirigés par Laurence Equilbey et accompagnés de musiciens d’Insula orchestra à l’Auditorium de La Seine Musicale, les  9 et 11 juin 2020 prochains.


« Ce temps de rencontre et de partage autour de la musique et du chant choral s'inscrit dans la démarche de fusion engagée par les deux Départements » peut-on lire sur le site du Conseil départemental des Hauts-de-Seine.


 


ESSONNE


Un sac pour lutter contre la maladie d’Alzheimer


À Viry-Châtillon, au sein de l’établissement de retraite Médicis, deux employées Amandine Wu, animatrice et coordinatrice, et Marjolaine Duarte-Areia, psychomotricienne ont créé un sac coloré multi sensoriel, un outil thérapeutique pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Le sac a été baptisé Mélosens et a été confectionné dans la boutique Zumeline, à Juvisy-sur-Orge, par la créatrice Julie Pichet. Il est doté d’une douzaine d’activités de manipulation qui permettent de stimuler les souvenirs des patients. « Mélosens réduit l’anxiété, stimule les sens, facilite les échanges. Cet outil retarde l’avancée inéluctable de la maladie » a ainsi expliqué Marjolaine Duarte-Areia sur le site Essonne.fr. À l’heure actuelle, de plus en plus d’établissements médicaux sont convaincus par ces « sacs à souvenirs » adaptés à chaque résident, et une dizaine de modèles a déjà été commercialisée.


 


SEINE-SAINT-DENIS


« Les Misérables » nommé pour l’Oscar du meilleur film étranger


 


Le premier long-métrage de Ladj Ly, originaire de Montfermeil en Seine-Saint-Denis, concourra dans la catégorie « meilleur film étranger » lors de la 92e édition des Oscars, comme l’a annoncé le 13 janvier dernier l'Académie américaine des arts et sciences du cinéma. Le film avait déjà obtenu le prix du jury à Cannes en mai dernier.


Son réalisateur, membre du collectif Kourtrajmé, à l’origine d’une école de cinéma gratuite en Seine-Saint-Denis, a en partie tourné « Les Misérables » dans une cité de Montfermeil. Le film aborde notamment les violences policières.


Dans sa catégorie, le réalisateur français se retrouve en compétition avec « La Communion » (« Corpus Christi ») de Jan Komasa (Pologne), « Honeyland » de Tamara Kotevska et Ljubomir Stefanov (Macédoine du Nord), « Douleur et gloire » de Pedro Almodóvar (Espagne) et « Parasite » de Joon-ho Bong (Corée du Sud).


Fin du suspense le 9 février prochain, pour la remise des prestigieuses récompenses.


 


VAL-DE-MARNE


Bornes électriques à Créteil


Votée en Conseil municipal, une redevance annuelle de 100 € autorise les usagers de voitures électriques à recharger leur véhicule aux bornes des stations anciennement Autolib’ de la Ville, depuis le 1er janvier 2020,


Dix stations de recharge s’offrent au public sur le territoire de la commune :


- 9 ex-autolib installées sur le domaine public, équipées de prise T3 ;


- 1 au premier sous-sol du parking public municipal de la Porte de Brie.


L’ensemble représente un total de 56 bornes de recharge lente (3kVA).


L’utilisation des équipements est réservé aux détenteurs d’une Carte Recharge. Celle-ci doit se trouver en évidence sur le tableau de bord pour rendre les contrôles possibles. (Rappel : le stationnement devant les stations de recharge est strictement interdit pour tout véhicule non-équipé du macaron).


Les cartes sont délivrées après avoir fourni :


- certification d’immatriculation du véhicule ;


- justificatif de domicile ;


- justificatif d’identité (ou Kbis de la société).


A l’adresse suivante : domaine.public@ville-creteil.fr 


Comptez 10 jours avant d’être invité à la récupérer en mairie, au Service Domaine Public.


La redevance annuelle de 100€ se fait à l’ordre du Trésor Public.


Les emplacements actuels des bornes de recharge de la Ville de Créteil se situent :


- 77, avenue Pierre Brossolette – Leclerc – Monument aux morts (6 Bornes 3kVA) :


- 38, avenue de la France Libre – CCR (6 Bornes 3kVA) ;


- 4, rue Claude-Nicolas Ledoux – Europarc (6 Bornes 3kVA) ;


- 61, avenue du Général De Gaulle – CC du Palais (6 Bornes 3kVA) ;


- 18, rue Gabriel Fauré – Kennedy (6 Bornes 3kVA) ;


- 56, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny – Mondor (6 Bornes 3kVA) ;


- 32, boulevard Jean-Baptiste Oudry – Port (6 Bornes 3kVA) ;


- 5, rue de Mesly – Église (6 Bornes 3kVA) ;


- 27, avenue Magellan – Pointe du Lac (6 Bornes 3kVA) ;


- Parking Porte de Brie - Leclerc Brossolette (2 Bornes 3kVA).


Renseignement :


Service Domaine Public


Hôtel de ville – place Salvador Allende – 6e étage


01 49 56 36 55 - domaine.public@ville-creteil.fr


 


VAL-D’OISE


Permis de végétaliser à Ermont


La commune d’Ermont souhaite favoriser la biodiversité en ville. Elle propose à ses habitants de s’investir dans ce projet en végétalisant l’espace public. Plantes sauvages, horticoles, vivaces ou arbustes toutes les essences favorisant la biodiversité et les insectes sont les bienvenus au pied des arbres de la commune et sur les accotements de ses rues.


Poursuivant une logique de développement durable respectueuse de l’environnement, le permis de végétaliser demande aux participants quelques efforts. Il devra :


- assurer l’entretien des espaces tout au long de l’année (taille, désherbage manuel, ramassage des déchets…) et à respecter la largeur minimale de cheminement de 1,80 mètre sans obstacle sur les trottoirs. L’utilisation de produits phytosanitaires et d’engrais chimiques est interdite, conformément à la législation en vigueur ;


- planter des végétaux adaptés aux conditions locales. La plantation d’espèces invasives, urticantes, épineuses ou fortement allergènes est interdite ;


- avoir une gestion raisonnée de l’eau si l’arrosage est nécessaire.


- prendre les précautions nécessaires pour assurer la préservation des arbres et autres végétaux à proximité. Les frais (végétaux, terre) et le matériel sont à la charge du titulaire du permis.


Pour les volontaires, la demande de permis s’effectue via un formulaire téléchargeable, à envoyer au service Développement Durable : permisdevegetaliser@ville-ermont.fr


Après étude des services Développement Durable et Espaces verts dans un délai d’un mois, la réponse est retournée. Dans l’affirmative, le détenteur du permis peut commencer ses plantations sans délai. Son permis est valable un an et renouvelable trois fois. Il n’est pas nécessaire de souscrire une assurance supplémentaire, la responsabilité civile suffit. Pour annuler son permis, il faut adresser un mail à : permisdevegetaliser@ville-ermont.fr.


Renseignements complémentaires auprès du Service Développement durable au 01 30 72 38 52


 


 


0 commentaire
  • 9 + 5 =

Journal Spécial des Sociétés - 8 rue Saint Augustin - 75002 Paris - Tél 01 47 03 10 10