En bref en IDF (94, 78, 91)
Publié le 04/12/2022 à 10:00

VAL-DE-MARNE

Le challenge Monal se tiendra à Saint-Maur

La Fédération internationale (FIE) et la Fédération française d’escrime (FFE) ont choisi d’organiser la Coupe du monde d’épée hommes, nommée « le Monal », les 19, 20 et 21 mai 2023 à Saint-Maur-des-Fossés, l’un des berceaux de l’escrime française. Outre des maîtres d’armes mondialement reconnus, à l’instar de Jean-Louis Bousquet, Gilbert Lefin, Claude Faget, Stéphane Riboud, Siegfried Robin, Alexandre Blaszyck et Sarra Besbes, la VGA Saint-Maur est le club de Romain Cannone, champion olympique et champion du monde en titre. Muriel Guillemin, présidente de la VGA Escrime, s’est réjouie de cette annonce : « Saint-Maur a accueilli une épreuve internationale d’épée de 1989 jusqu’en 2014, le retour de l’arme de prédilection du club est un honneur. C’est aussi une reconnaissance pour les bénévoles engagés et l’occasion pour les plus jeunes de rencontrer les plus grands champions. »

Saint-Maur-des-Fossés est labélisée « Terre de Jeux 2024 », et a obtenu trois lauriers de ville active et sportive grâce à sa politique en faveur des clubs et associations sportives. La commune accompagne notamment les athlètes de haut niveau au quotidien, grâce aux contrats de performance qui apportent de la stabilité tout au long de leur préparation. « C’est à la fois un honneur et une continuité d’accueillir le Monal. Cette compétition de prestige trouve toute sa place à Saint-Maur, terre d’excellence et de formation de l’épée française », a déclaré le maire, Sylvain Berrios.

Cette rencontre internationale s’inscrit dans la perspective des Jeux olympiques de Paris 2024 dont elle sera la première épreuve qualificative pour les épéistes hommes. En conséquence, le cadre a été entièrement rénové. Les efforts entrepris améliorent en premier lieu la qualité de l’accueil. Par ailleurs, un souci particulier a été porté afin de promouvoir l’escrime auprès des novices.

La FFE a redéfini son modèle organisationnel pour l’optimiser en vue des grandes compétitions internationales accueillies en France. « La fédération est très heureuse de confier le challenge Monal à la VGA et à la Ville de Saint-Maur dont nous connaissons le savoir-faire », a, de son côté, expliqué Bruno Gares, président de la FFE. « Le Monal est historiquement le plus beau joyau des compétitions mondiales. Il est très attendu par les épéistes du monde entier. »

Cette compétition se tient habituellement à Paris, mais pour 2023, les instances fédérales ont désigné Saint-Maur-des-Fossés et la VGA escrime, attendues leurs compétences pour encadrer ce type d’événements sportifs importants. En effet, la ville accueille déjà chaque année l’épreuve de Coupe du monde de fleuret féminin. Le choix s’explique aussi par les capacités du nouveau site au cœur de la dernière boucle de la Marne, le centre sportif Pierre Brossolette. Cette structure accueillera aisément l’élite des tireurs mondiaux pendant trois jours. La FFE, la Ville et la VGA escrime ont défini un cahier des charges exigeant pour assurer le rayonnement du Monal et plus largement celui de toute la discipline auprès du grand public.

L’épreuve de Coupe du monde d’épée masculine promet un beau spectacle à Saint-Maur-des-Fossés les 19, 20 et 21 mai prochains.



HAUTS-DE-SEINE

Quatre communes du département certifiées « Territoire engagé pour la nature »

Les villes de Fontenay-aux-Roses, Levallois-Perret, Montrouge et Rueil-Malmaison se sont vues décerner la reconnaissance de « Territoire engagé par la nature » pour la période 2022-2025.

Géré par l’Office français de la biodiversité (OFB), ce programme a pour ambition d'engager les collectivités en faveur de la biodiversité. Il vise à faire émerger, reconnaître, développer et valoriser des plans d'actions territorialisés. Il s'adresse en priorité aux intercommunalités et aux communes. Il est ouvert à toutes les collectivités infra-départementales, qu'elles soient rurales ou urbaines, métropolitaine ou ultra-marine, débutantes ou initiées en matière de biodiversité.

La ville de Fontenay-aux-Roses a été labellisée pour la désartificialisation de ses sols depuis 20 ans, ainsi que pour sa désimperméabilisation progressive, notamment dans les espaces publics.

Levallois-Perret est récompensée pour le développement de ses espaces verts, notamment avec la création et l’agrandissement de parcs urbains et de squares.

À Montrouge, c’est notamment le projet de création d’un « jardin de la biodiversité » de 380m² qui a permis à la ville d’obtenir cette reconnaissance. La Mairie s’est félicitée de cette récompense qui « confirme la volonté de la Ville d'enrichir et de protéger la biodiversité locale ».

Dans la commune de Rueil-Malmaison, c’est la stratégie de la collectivité qui a compté dans la labellisation. Elle consiste à intensifier l'urbanisation des secteurs déjà bâtis afin de limiter le phénomène d'étalement urbain.

La reconnaissance « Territoire engagé pour la nature » apporte à la collectivité un accompagnement par des experts pour formaliser un programme d’actions réaliste et concret qui intègre les enjeux locaux, régionaux et nationaux, un renforcement des connaissances et des compétences sur la biodiversité via un accès à des données nationales et régionales, des formations, etc., la facilitation à l’accès de financements existants, une visibilité, à l’échelle nationale et internationale, dans le cadre d’évènements ou d’une communication globale sur l’initiative « Engagés pour la nature » et un accès au « club des engagés » pour échanger, monter collectivement en compétences et créer de nouvelles synergies.

 

 

ESSONNE

Le Trophée Fleur Verte distingue cinq communes œuvrant pour l’environnement

Le Trophée Fleur Verte, remis par le Conseil départemental de l’Essonne, distingue chaque année les communes qui mettent en œuvre des pratiques plus significatives, innovantes et respectueuses de l’environnement pour la gestion et l’entretien de la voirie, des espaces publics et des espaces verts.

Cette année, ce sont les communes d’Orsay, des Ulis, de Villebon sur Yvette, d’Epinay-sur-Orge et de Fontenay-lès-Briis qui ont été récompensées, lors d’une cérémonie organisée le 19 octobre 2022 au domaine de Chamarande.

Le prix est décerné pour une durée de 4 ans renouvelable. Le concours se déroule en deux temps : les communes souhaitant participer remplissent un questionnaire d’appréciation et celles répondant le mieux aux critères sont ensuite visitées par un jury.

Quatre critères sont examinés : le non-usage des produits phytosanitaires, la gestion durable des ressources (eau, déchets, énergie), le patrimoine naturel et la biodiversité, les actions de sensibilisation éco-citoyennes.

L’objectif est de ne plus recourir à l’usage de produits phytosanitaires et de limiter leur usage dans la gestion et l’entretien des stades, des cimetières etc, de pratiquer une gestion différenciée des espaces, de rationaliser la gestion de l’eau par des techniques d’économie et de récupération, de maintenir et favoriser la biodiversité, de former les agents en charge de l’entretien des espaces verts, d’encourager le recours à des personnes en insertion, mais aussi d’informer et sensibiliser les citoyens aux pratiques éco responsables de jardinage dans les collectivités.



0 commentaire
  • 3 + 4 =
Poster
IDF

Nos derniers articles

Serge Grudzinski, auteur, dirigeant de la société Humour Consulting Group depuis 1993, a inventé un ...
Le 19 janvier, le ministre Bruno le Maire a annoncé la réouverture du registre des bénéficiaires eff...
Dans cette tribune, Marie-Bénédicte Desvallon, avocate et responsable de la Commission ouverte Droit...