Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés
En bref en IDF (95, 93, 94)
Publié le 13/08/2022 10:00
En bref en IDF (95, 93, 94)/><img src=

VAL-D’OISE

Un golf urbain à Deuil-la-Barre

 

C’est une première en France : la commune de Deuil-la-Barre a installé un golf urbain à travers la ville. Contrairement au golf et mini-golf, l’objectif n’est pas de mettre la balle dans un trou, mais qu’elle touche un élément du mobilier urbain.


Ce projet avait été proposé par Éric Nguyen Khac, Deuillois et ancien champion du monde de street golf. Le projet avait retenu l’attention du jury à l’unanimité dans le cadre du budget participatif de 2021. Dans une interview pour Le Parisien, l’ancien champion du monde de street golf précisait, en juillet dernier : « Cela permet notamment aux habitants de redécouvrir leur ville sous un œil nouveau. Puis, on fait descendre le golf dans la rue, pour le mettre à la portée de tous. »


Le golf urbain est géré par la municipalité. Le parcours de trois kilomètres, d’une durée moyenne de deux heures, est doté de neuf trous répartis à travers la commune de Deuil-la-Barre, le départ se faisant devant la mairie ; l’arrivée, sur la place de l’Église. Un parcours qui pourrait bientôt être étendu au-delà de son territoire, puisque la municipalité envisage de le prolonger et vise les 27 trous.


Le matériel est prêté simplement en échange de votre carte d’identité. Les kits sont constitués de trois clubs (un putter, un sandwedge et un fer 7), à destination des enfants et des adultes, droitiers ou gauchers. En revanche, les balles sont vendues séparément. Si à première vue, ces dernières ressemblent à des balles de golf traditionnelles, de couleur rose et logotée, il s’agit en fait de balles… en mousse, conçues pour l’occasion afin d’éviter les accidents.


 

SEINE-SAINT-DENIS

La forêt de Bondy désormais classée « forêt de protection »

 

Le décret 2022-1105 du 1er août, paru dans le Journal Officiel du 3 août 2022, confirme le classement de la forêt de Bondy comme « forêt de protection », grande nouveauté pour le département.


Ce statut ne s’applique que sur une fraction de sa superficie, c’est-à-dire sur une partie des communes de Clichy-sous-Bois, Coubron et Montfermeil. Le poumon vert de l’Est parisien est donc assuré de sa pérennité. En tout, environ 202 hectares sont désormais protégés.


Ce classement est l’aboutissement d’une procédure entamée en 2006, puis suspendue en 2016 et relancée en 2019. Il est le fruit d’une large concertation et d’un consensus local conduit sous l’égide du préfet.


Une forêt de protection est identifiée comme préservant soit la sécurité des riverains contre certains risques naturels, soit la santé et la qualité de vie d’habitants de zones urbanisées, soit des écosystèmes qu’elle héberge. Il s’agit du statut le plus protecteur du Code forestier, mais aussi de l’outil juridique le plus contraignant de ce code. Ces forêts bénéficient d’un statut juridique et administratif spécial qui garantit la conservation de leurs espaces.


Désormais, les parties classées du massif seront préservées de tout défrichement et de tout nouveau projet d’infrastructure, d’urbanisation ou d’artificialisation qui porteraient atteinte à leur intégrité, sans pour autant remettre en cause la vocation multifonctionnelle de la forêt.


La forêt régionale de Bondy est aujourd’hui l’une des forêts franciliennes les plus fréquentées, avec plus d’un million de visiteurs par an, et constitue un territoire exceptionnel en tant qu’espace de détente et de loisirs. Cette forêt demeure également un espace de production sylvicole et de préservation de la biodiversité aux portes de Paris.


 

VAL-DE-MARNE

« L’été de la biodiversité » bat son plein à l’Exploradôme de Vitry

 

Ludique, l’Exploradôme de Vitry, musée associatif spécialisé dans la vulgarisation de la culture scientifique et numérique, ouvre ses 1 000 m² et ses espaces interactifs au public pendant toute la période estivale. Jusqu’au 4 septembre, le programme « L’été de la biodiversité » organise pour les amateurs une foule d’activités essentiellement centrées sur l’environnement.


« Le musée où il est interdit de ne pas toucher » – l’adage de l’Exploradôme –, est animé par l’association Savoir Apprendre. Cousin du Palais de la découverte, actuellement en rénovation, il se fixe pour objectif de promouvoir les sciences et techniques, notamment numériques. Il s’agit à la fois d’éveiller la curiosité des enfants pour l’innovation, mais aussi d’inviter les adultes à porter un regard positif sur l’évolution des connaissances.


Partenaire de l’Éducation nationale, du Conseil régional, de municipalités et d’autres entités publiques et privées, l’établissement participe à des projets éducatifs. Au-delà des visites de classes pendant l’année scolaire, il propose des ressources, des formations et une aide personnalisée aux enseignants. Ses ateliers sont dédiés à l’enrichissement des savoirs en petits groupes. Leurs thèmes sont la lumière, les cinq sens et les matériaux. La salle des Manips, en particulier, met à disposition plus de 50 expériences pour mettre en évidence le fonctionnement du cerveau, la physique, etc.

 

 

0 commentaire
  • 5 + 2 =

Journal Spécial des Sociétés - 8 rue Saint Augustin - 75002 Paris - Tél 01 47 03 10 10