Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Réseaux sociaux JSS
Journal Spécial des Sociétés
Les mésaventures de Tintin
Publié le 14/09/2020

La bande dessinée a ses détracteurs, y compris pour s’en prendre à ce qui en est le symbole reconnu et une figure respectée, Tintin ! Oui, adulé et admiré par tous les jeunes de 7 à 77 ans, le petit reporter, pourtant rompu à toutes les aventures et à tous les défis, a connu un épisode sans précédent : la menace de l’interdiction, de la relégation pure et simple… Mais qu’a-t-il donc fait pour mériter une telle peine, alors que toutes les images de ses exploits sont tendues vers le courage, l’amitié, la fidélité, la défense des plus humbles et des plus vulnérables ? Qu’a-t-il donc caché de malhonnête, de méprisable, pour être ainsi traité, lui qui est la transparence même, le « Cœur Pur » dont Foudre Bénie a la vision spontanée (Tintin au Tibet), au service des causes les plus nobles, sans compromission, sans arrière-pensée aucune ?


Il serait raciste ! L’accusation est terrible, qui porte en elle l’opprobre, la honte, l’indignité, l’impardonnable. Les accusateurs présentent un album entier pour en convaincre, Tintin au Congo, avec nombre de planches qui témoigneraient de l’évidence, en dialogues sans équivoque, en jugements sans appel, en bulles intolérables, y compris de la part du brave Milou… Tout le séjour de notre héros dans l’ancien Congo belge serait fait de représentations raciales, avec leur part avilissante de mépris, de domination et d’exploitation.


Les retombées ne sont pas insignifiantes. En 2007, l’album est censuré par plusieurs librairies en Angleterre, la Commission pour l’égalité raciale ayant estimé qu’il contient « des images et des mots aux préjugés racistes abominables ». En 2009, une bibliothèque municipale de Brooklyn décide de le compter au nombre des ouvrages « offensants », et de le ranger parmi les livres interdits. Parallèlement, dans la mère-patrie d’Hergé, une action judiciaire est engagée par un ressortissant belge d’origine congolaise pour racisme et xénophobie, avec le soutien du Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN). Confronté à toutes ces remises en cause, le personnage de Tintin se dégrade, présenté qu’il est sous les traits du mal ! Un Tintin manichéen, un Tintin à ne pas mettre entre toutes les mains, surtout d’enfants de 7 ans…


Pourtant, sortie dans la revue Le Petit Vingtième en 1930 et 1931, dirigée par l’Abbé Norbert Wallez1, un catholique convaincu, voire conquérant, la publication était destinée à la jeunesse, avec une finalité éducative affirmée, comme l’avait été le premier album Tintin au pays des Soviets, paru en 1929, afin de mettre en garde les apprentis lecteurs contre les dangers du bolchévisme : pour Tintin au Congo, l’objectif était de les sensibiliser à la présence des missionnaires belges dans la puissante colonie et à l’important travail qu’ils couvraient de leurs nombreuses initiatives. L’Abbé a par ailleurs été l’artisan d’une couverture francophone : très vite, à la faveur des réseaux catholiques, Tintin a franchi la frontière belge pour s’inviter à l’étranger, notamment dans les pages d’un célèbre hebdomadaire français, Cœurs Vaillants.


Le contraste est saisissant entre le succès éclatant du héros naissant et la chute dégradante de la légende vivante. Un contraste qui porte les stigmates du temps, ce temps dont on ne supporte plus les images et dont on fait volontiers le procès.


 


Les images d’un temps


La bande dessinée fascine par ses images, et c’est pourquoi elle attire les enfants, mais aussi tous ceux qui entendent faire l’économie d’une lecture aride, parfois sur des thèmes difficiles, et qui trouvent en elle un support de moindre effort et de rentabilité immédiate. Tintin est porté par des images dont il est unanimement reconnu qu’elles sont d’une très belle facture. Du moins à partir des albums qui marquent un net tournant par rapport aux premiers. On conviendra volontiers que Tintin au pays des Soviets n’a rien de comparable avec Objectif Lune ou On a marché sur la lune, et que les images du premier font figure d’essais peu réussis en comparaison de celles affectées à l’aventure lunaire de notre héros et de ses compagnons. Il en est de même pour Tintin au Congo, quoique déjà mieux dessiné, avec un personnage aux traits bien identifiés. Mais l’album n’a pas encore atteint la maturité de ceux qui vont suivre. L’explication est simple, qui tient à des débuts non programmés, destinés à répondre à une demande ponctuelle de l’Abbé Wallez, ce qu’Hergé explique lui-même en ces termes : « Après l’album Tintin chez les Soviets, je voulais faire Tintin en Amérique, pour renvoyer les deux puissances dos à dos. Mais entre-temps, le directeur du journal m’a presque supplié et m’a dit “Vous ne pouvez pas faire ça, notre belle colonie, le Congo, Léopold II, les missionnaires, nous qui leur apportons la civilisation, etc.” Alors, j’ai fait Tintin au Congo sans grand enthousiasme… »2.


Un manque d’enthousiasme, voilà ce qui a marqué la naissance de Tintin au Congo, une œuvre sur commande, mais qui va avoir un succès phénoménal, avec des millions d’exemplaires vendus dans le monde. Tintin est alors sorti de l’éphémère, pour rejoindre le panthéon des figures incontournables du XXe siècle. Les images et les couleurs de ses aventures vont lui faire traverser l’histoire de « son » temps : l’émergence des deux blocs (Tintin au pays des Soviets, Tintin en Amérique), l’invasion de la Mandchourie par le Japon (Le Lotus bleu), les débuts de la recherche scientifique européenne (L’Étoile mystérieuse), les expéditions ethnographiques destinées à découvrir et à révéler d’anciennes civilisations (Les 7 Boules de cristal, Le Temple du Soleil), l’enjeu mondial du pétrole (Au pays de l’or noir), les périls inhérents aux trafics en tout genre (Les Cigares du Pharaon, Le Lotus bleu, L’île Noire, Le Crabe aux pinces d’or, Coke en stock), la montée du nucléaire et la conquête de la lune (Objectif lune, On a marché sur la lune), l’engouement pour l’astronautique, la télépathie et les objets volants non identifiés (Vol 714 pour Sydney). Dans cette immense fresque, Tintin au Congo fait figure d’exception, qui sert la cause du nationalisme belge, avec une inspiration nettement moins prononcée. L’histoire et les dessins en témoignent, parfois d’une naïveté surprenante, et surtout marqués par une exagération érigée en système : parties de chasses qui tournent au massacre pur et simple, joutes fantaisistes avec de puissants et redoutables animaux, et, bien sûr, ces pages vers lesquelles convergent toutes les critiques, dénoncées comme l’expression d’une philosophie raciste (« Li missié blanc, très malin »…).


Hergé en convient, il le reconnaît explicitement : « Si je devais réécrire Tintin au Congo aujourd’hui, cela serait très différent… Mais tout a évolué et changé, moi aussi j’ai changé. Tintin reporter est un miroir, d’ailleurs tout journaliste est une espèce de miroir qui reflète les événements qu’il va regarder. Tintin a été le miroir de ce que la plupart des gens pensaient du temps de la Russie bolchevique. Quant à l’idée colonialiste, pratiquement tout le monde a été colonialiste. Cela ne posait pas de problème, le Blanc avait été créé pour apporter la civilisation aux autres. Tintin n’était pas raciste mais il était colonialiste comme tout le monde l’était à l’époque. »3 Certains verront dans ces propos un aveu condamnable, d’autres la restitution d’une vérité irréprochable… Et de fait, la perception ne peut être la même de 1930 à 2020. L’histoire telle que Tintin l’a vécue a suivi son cours, et ce qui était valeur hier est devenu contre-valeur. Ainsi va l’humanité, qui n’a de constante que de se chercher, et qui se trouve rarement. La justification est facile au moment où les évènements se vivent, et par ceux-là mêmes qui les vivent, tout comme sont faciles les anathèmes et les condamnations par les générations qui suivent, au nom de leur propre histoire qui, à son tour, ne manquera pas d’être rejetée par leurs héritiers directs. C’est bien dire que les images du temps sont vouées au jaunissement et que le temps de Tintin, lorsqu’il était au Congo, est une époque révolue. Mais, pour autant, elle ne saurait être niée, ni rayée d’un trait de plume.


Hergé fait la distinction entre colonialisme et racisme. Tintin au Congo est colonialiste, mais Tintin lui-même n’est pas raciste. Les images présentées comme « abominables », voire méritant sanction, sont le reflet d’une société entière, non d’une philosophie personnelle, qui ferait de Tintin un ennemi de tout ce qui n’est pas lui-même ou de sa couleur de peau. La collection complète de ses aventures en est la preuve, à commencer par son séjour au Congo, où il se lie d’amitié avec Coco, ce « boy » qui surgit de nulle part, préfiguration de tous les liens fidèles qui vont se créer au fil des années, avec Tchang (Le Lotus bleu, Tintin au Tibet), Zorrino (Le Temple du Soleil) et Abdallah (Au pays de l’or noir, Coke en stock). D’un album à l’autre, c’est un mondialiste qui s’affirme, dénonçant les complots là où ils se trament (L’Oreille cassée, Le Sceptre d’Ottokar, Tintin et les Picaros), contrecarrant les projets extrémistes (L’Affaire Tournesol) et luttant contre les organisations criminelles et la traite négrière (Coke en stock). D’une page à une autre, c’est un homme de bien qui se dévoile, prêt à tout pour ses amis, jusqu’à braver les mers pour retrouver le trésor de l’ancêtre du Capitaine Haddock (Le Secret de la Licorne, Le Trésor de Rackham le Rouge), s’exposer à des risques mortels pour arracher le Professeur Tournesol des mains de ses ravisseurs (L’Affaire Tournesol) et son ami Tchang des griffes du Yéti (Tintin au Tibet), voire faire preuve de la plus grande patience envers la talentueuse et envahissante cantatrice Bianca Castafiore (Les Bijoux de la Castafiore). Bref, ce ne sont que des images exemplaires qui traversent les épisodes de la vie de Tintin, même si ses aventures au Congo sont manifestement animées de colonialisme et de nationalisme.


Reste à savoir si, pour ceux qui ne partageraient pas cette vision de l’œuvre, le droit est à même de faire le procès du temps…


 


Le procès du temps


Tintin au Congo a été et reste la cible de plusieurs actions. Nous l’avons dit, certaines décisions ont été prises, destinées à ne plus faire de l’album un ouvrage librement accessible, voire de ne le distribuer que sur commande. Nous n’avons pas à juger de ces initiatives, qui relèvent de l’autorité des instances qui les prennent et qui engagent une politique tout à fait respectable, afin de ne pas blesser ou désorienter les plus jeunes lecteurs. En revanche, le droit est directement concerné lorsque l’action se manifeste par la saisine des juridictions, aux fins d’obtenir l’interdiction de l’ouvrage ou de condamner son éditeur. Alors, nous entrons dans un contentieux, dont l’objet est de se prononcer sur la possibilité de sanctionner, en 2020, ce qui a été conçu, rédigé, dessiné en 1930, autrement dit de juger en références d’aujourd’hui ce qui participe d’une œuvre d’hier. C’est le procès du temps…


Relativement à l’action dont nous avons fait état, initiée en 2007 par un ressortissant d’origine congolaise, elle n’a pas abouti. Confirmant un jugement de première instance, la Cour d’appel de Bruxelles, dans un arrêt du 5 décembre 2012, a estimé que « Hergé s’est borné à réaliser une œuvre de fiction dans le seul but de divertir ses lecteurs », et que son auteur « y pratique un humour candide et gentil » : les demandes d’interdiction ont de ce fait été rejetées. Mais qu’en serait-il d’une action devant les juridictions françaises4, particulièrement d’une action au pénal ? La question est intéressante, tributaire qu’elle est de principes bien établis, incompatibles avec la moindre prétention à des poursuites.


Il est une raison majeure à cela, tirée de la légalité, de cette légalité qui domine tout le droit pénal et qui veut que la répression n’intervienne que sur le fondement d’incriminations préexistantes aux faits, les contraintes punitives étant trop graves pour se satisfaire d’une responsabilité qui ne serait pas conforme aux prévisions de la loi elle-même. Lors de la sortie de Tintin au Congo en 1930, voire en 1946 dans sa version colorisée, le délit de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale n’existait pas, qui est aujourd’hui contenu à l’article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, l’infraction n’ayant rejoint ce texte que beaucoup plus tard, par la loi n° 72-546 du 1er juillet 1972 relative à la lutte contre le racisme. En application de la non-rétroactivité des lois pénales plus sévères, ne saurait en conséquence être sanctionné ce qui relevait hier d’une action licite.


Seule une matérialité prolongée serait à même de venir à l’appui d’une telle sanction, en considérant le supposé « racisme » de Tintin, comme non seulement inscrit dans le passé, mais encore persistant dans le présent. C’est là rebondir sur la distinction des infractions instantanées5, qui se réalisent en un trait de temps et des infractions continues qui, au contraire, procèdent d’une matérialité susceptible de se prolonger indéfiniment. Il est de règle – acquise sur la prescription de l’action publique mais transposable aux conflits de lois dans le temps – que les infractions de presse sont des infractions instantanées  : c’est dire qu’il est impossible de prétendre qu’à la diffusion de Tintin au Congo en 2020 correspondrait une matérialité toujours active, par hypothèse postérieure à la loi du 1er juillet 1972.
Il n’est qu’une voie ouverte pour ce type de raisonnement, celle d’Internet, «
qui constitue un mode de communication dont les caractéristiques techniques spécifiques obligent à adapter les principes posés par la loi sur la presse »6, et qui, pour sa part, pourrait se prêter à des actions continues, à la mesure de la perpétuation du message publié, et du pouvoir de l’émetteur de le maintenir sur le site ou de l’en retirer quand bon lui semble. Mais la Cour de cassation y est hostile7, rejointe en cela par le Conseil constitutionnel8, tant il est difficile, pour une même infraction, de retenir, selon les supports utilisés, papier ou informatique, des conceptions opposées quant à leur mode de réalisation matérielle.


Il est vrai que l’album Tintin au Congo vient de faire l’objet d’une édition numérique, en partant des planches originales d’Hergé, restaurées et colorisées selon les techniques actuelles. Sortie le 10 janvier 2019, cette nouvelle version pourrait être exploitée comme une « réédition » au sens du droit de la presse, avec pour conséquence de fixer à cette date, et non plus en 1930 ou 1946, l’instantanéité de la matérialité de son contenu prétendument raciste. La Cour de cassation, en effet, juge que lorsqu’un ouvrage fait l’objet de plusieurs éditions successives, la prescription ne remonte pas au jour de la première édition, mais au jour de chacune des éditions nouvelles9 : par transposition à un conflit de lois, il s’en déduirait que les aventures numériques de Tintin se matérialiseraient, non plus avant la loi du 1er juillet 1972, mais après, et que, sur le fondement de cette nouvelle initiative commerciale, des poursuites pénales deviendraient possibles. Mais encore faudrait-il s’assurer que l’exploitation des planches d’origine est bien juridiquement une « réédition », et non une « rediffusion », exclue quant à elle de cette jurisprudence10. Ensuite, c’est sans compter sur l’intention inséparable de la provocation raciale, les images ou les propos tenus devant susciter un sentiment d’hostilité ou de rejet envers le groupe de personnes visées11, ce qui n’est manifestement pas le cas de notre reporter, qui n’a de but que de divertir, au tempo de son temps, et non d’insuffler la haine et le mépris…


Les principes juridiques interdisent de reporter sur les images de Tintin au Congo une opinion revenant à les blâmer, à les rejeter, à les condamner. Elles sont l’expression d’un temps, et il n’appartient à personne d’intervenir dans le cours de l’histoire pour sublimer le présent au mépris du passé. Les réalités du temps l’emportent sur l’autorité des censeurs, le droit n’ayant de pouvoir que de cristalliser négativement certaines périodes, pour ce qu’elles représentent de mal absolu, par la négation de l’humanité qui les traverse12. Mais en aucun cas, hors de cette hypothèse extrême, la rétroactivité ne saurait être utilisée pour détruire ce qui participe de l’histoire commune aux hommes, en livrant les scènes de leurs qualités et de leurs défauts, de leur héroïsme comme de leur cruauté, sauf à faire le jeu d’une violence morale inacceptable.



NOTES :

1) Marcel Wilmet, L’Abbé Wallez, l’éminence noire de Degrelle et Hergé, Bruxelles, 2018.

2) Entretien enregistré en 1979 sur le site de la Radio-télévision belge francophone (RTBF), diffusé sur France Culture le 21 juillet 1993.

3) Entretien précité.

4) Une action judiciaire avait été annoncée en France, parallèlement à celle engagée au Congo, mais nous avouons ne pas savoir si elle a été suivie d’effet.

5) Crim. 22 oct. 2013, n° 12-84.272, Bull. crim. n° 200 ; Dalloz Actualité, 22 nov. 2013, obs. S. Lavric ; D. 2014, p. 517, obs. E. Dreyer ; Gaz. Pal. 2014. 1. 464, obs. F. Fourment. - Crim. 28 oct. 2014, n° 13-86.303, Bull. crim. n° 218 ; Dalloz Actualité, 19 nov. 2014, obs. S. Fucini ; D. 2014. Act. 2242.

6) Paris, 15 déc. 1999, JCP 2000. II. 10281, note Ph.-A. Schmidt et V. Facchina ; D. 2000. Somm. 403, obs. J.-Y. Dupeux ; Gaz. Pal. 2000. 1. Doctr. 697, note A. Cousin ; RSC 2000, p. 644, obs. Francillon. - TGI Paris, 6 déc. 2000, D. 2001, IR p. 180 ; JCP 2001. II. 10515, note A. Lepage ; Gaz. Pal. 2001. 1. 122, note B. Ader ; ibid. 2001. 2. 1054, note A. Blanchot.

7 Crim. 30 janv. 2001, n° 00-83.004, Bull. crim. n° 28 ; D. 2001. 1833, note E. Dreyer ; JCP 2001. II. 10515, note A. Lepage ; Gaz. Pal. 2001. 1. 661, note Y. Monnet ; RSC 2001. 605, obs. J. Francillon. - Crim. 16 oct. 2001, n° 00-85.728, Bull. crim. n° 211 ; D. 2002. Somm. 2770, obs. C. Bigot ; JCP 2002. II. 10028, note Ph. Blanchetier ; Dr. pénal 2002. 12, obs. M. Véron ; Gaz. Pal. 2002. 1. 119, note Y. Monnet ; ibid. 2002. 2. 956, note L’Hénoret-Marcellesi ; RSC 2002. 621, obs. J. Francillon. - Crim. 27 nov. 2001, n° 01-80.134, Bull. crim. n° 246 ; D. 2002. Somm. 2770, obs. C. Bigot ; RSC 2002. 621, obs. J. Francillon (cassation de Paris, 15 déc. 1999, préc.). - Crim. 6 janv. 2009, n° 05-83.491, Bull. crim. n° 4 ; D. 2009, p. 1260, note C. Courtin ; JCP G 2009, n° 46, 441, § 8, obs. E. Tricoire ; Gaz. Pal. 2009. 1. Somm. 1477, note D. Marcellesi et V. Bensoussan-Brulé. - Adde : Ph. Blanchetier, D. 2001. Chron. 2056.

8) Cons. const., 10 juin 2004, n° 2004-496 DC, JO 22 juin, p. 11182 ; JCP 2004. II. 10116, note J-Cl. Zarka, et 10117, note Ph. Blanchetier. - Adde : A. Lepage, Dr pénal 2004, Étude n° 18.

9) Crim. 2 mars 1954, Bull. crim. n° 94. - Crim. 27 avr. 1982, n° 80-93.435, Bull. crim. n° 102. - Crim. 8 janv. 1991, n° 90-80.593, Bull. crim. n° 13 ; D. 1992. Somm. 97, obs. J. Pradel. - TGI Paris, 30 oct. 2001, D. 2002. Somm. 2770, obs. Bigot.

10) Crim. 28 oct. 2014, n° 13-86.303, Bull. crim. n° 218 ; Dalloz Actualité, 19 nov. 2014, obs. S. Fucini ; D. 2014. Act. 2242.

11) Crim. 1er février 2017, n° 15-84.511, Bull. crim. n° 30 ; Dalloz Actualité, 13 févr. 2017, obs. D. Poupeau. - Colmar, 25 oct. 2011, Gaz. Pal. 2011. 2. 3400, note J. Lasserre Capdeville et L. Mourey.

12) Code pénal, articles 211-1 et suivants, consacrés aux crimes contre l’humanité et contre l’espèce humaine.



Yves Mayaud,

Professeur émérite de l’université Panthéon-Assas Paris II

Vice-président de l’Institut Art & Droit


 


0 commentaire
9 + 0 =

Journal Spécial des Sociétés - 8 rue Saint Augustin - 75002 Paris - Tél 01 47 03 10 10