En bref en IDF (75, 92, 94, 95)
Publié le 26/11/2022 à 09:30

PARIS  

L’ancienne gare des Invalides et les sous-sols de l’esplanade bientôt réhabilités par la Fondation Giacometti  

La Fondation Giacometti, dédiée à l’artiste suisse, investira en 2026 le bâtiment historique de l’ancienne gare des Invalides et les sous-sols de l’esplanade, créés à l’occasion de l’exposition universelle de 1900, qui seront intégralement rénovés pour créer le « Musée & École Giacometti ». 

A travers ce projet, l’institution implantera à Paris la plus grande collection au monde d’Alberto Giacometti, réunissant près de 10 000 œuvres, dont la plupart ne sont actuellement pas accessibles au public. Le musée proposera ainsi en permanence une sélection de plusieurs centaines de ses œuvres, constituée de sculptures en plâtre et en bronze, de peintures, de dessins, d’objets d’art décoratif. Les archives de la Fondation, sa bibliothèque et son iconothèque seront par ailleurs accessibles au public. 

Le bâtiment accueillera également d’autres salles d’exposition, dédiées à des créateurs modernes et contemporains. Par ailleurs, il hébergera une « École de création pour tous ». Cette offre sera enrichie d’activités de recherche et de pédagogie de la Fondation, notamment de l’École des modernités et du Giacometti Lab. Enfin, outre sa programmation culturelle, le lieu devrait notamment regrouper une cour végétalisée, un café, des restaurants, un librairie et un concept-store. 

Ce vaste projet, qui s'étalera sur un espace de 6 000 m2, s’inscrit dans le cadre du programme « Réinventer Paris 2 : esplanade des Invalides » de la Ville de Paris. L’architecte Dominique Perrault, accompagné de l’architecte du patrimoine Pierre-Antoine Gatier et du paysagiste Louis Benech, sont chargés de la transformation de ce site historique. La société Emerige pilotera les opérations d’aménagement, en partenariat avec la société Nexity. 

 

 

HAUTS-DE-SEINE

Une école du numérique inaugurée à Meudon

Le ministre Jean-Noël Barrot était présent à Meudon lundi 21 novembre. Le ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications a participé à l’inauguration de l’école du numérique Micro-Folie, en présence du coprésident du Conseil national du numérique Gilles Babinet,  du maire de Meudon Denis Larghero et du président de HP France Cédric Coutat. Pour mener à bien ce projet, la Ville a adhéré au syndicat Seine et Yvelines Numérique, qui accompagnera le développement de l’école. L’entreprise HP France a doté une partie de l’école en matériel.

Aménagée au 1er étage de l’école Ravel-Prévert rue Georges-Millandy à Meudon-la-Forêt, l’école Folie propose sur près de 250 m² plusieurs espaces pour se former et découvrir de nouvelles pratiques numériques. Elle accueille les groupes en semaine et les visiteurs le samedi. Les élèves des écoles de Meudon y auront accès dans le cadre d’un programme d’action pédagogique inscrit dans le plan éducatif local.

La Micro-Folie dispose d’un espace permettant de fabriquer des objets grâce aux imprimantes 3D. Une salle comportant des tablettes interactives connectées à des écrans pourra diffuser en haute définition les collections des plus grands musées. « Les jeunes Meudonnais pourront découvrir les œuvres d’art les plus célèbres sans bouger de Meudon. De quoi démocratiser l’art pour tous », assure la Mairie. L’équipement numérique est complété par un espace de formation où seront dispensés des ateliers pédagogiques, qui devront permettre aux parents de comprendre comment accompagner leur enfant au quotidien dans leur pratique numérique.

L’école intègre le réseau « Micro-Folie », une plateforme portée par le ministère de la Culture pour proposer l’accès à un musée numérique regroupant douze établissements culturels français.

 

 

VAL-DE-MARNE

Le courtier Roederer intègre à son offre santé les bilans prédictifs d’une entreprise val-de-marnaise

La société Predilife, spécialiste des technologies de prédiction des risques de pathologies médicales et dont le siège social est situé à Villejuif, dans le Val-de-Marne, a conclu un partenariat avec Roederer, courtier généraliste indépendant du Grand Est.

Predilife innove depuis 2004 dans la médecine prédictive en France. La société conçoit et commercialise des tests qui permettent de déceler les profils sensibles quant à la survenance potentielle de maladies graves. Sa technique associe les données médicales cliniques, génétiques, l’imagerie, aux capacités d’analyse de l’intelligence artificielle et à la big data. L’objectif est d’anticiper le devenir d’un individu et d’agir en amont soit en diminuant les risques, soit en identifiant la maladie dès ses prémices. Les pathologies lourdes, tels le cancer et l’infarctus, sont concernés.

Le groupe Roederer, quant à lui, protège environ 300 000 particuliers et plus de 10 000 entreprises. La prévention des maladies graves constitue donc un enjeu majeur pour son activité. Concrètement, il a intégré les bilans multi-pathologies, à savoir la solution développée par Predilife. Une belle réussite pour l’entreprise villejuifoise qui porte ainsi à trois le nombre de courtiers en assurance ayant adopté son système.

 

 

VAL-D’OISE

Loi SRU : Le Conseil d’État donne raison à la ville d’Auvers-sur-Oise

Dans une décision rendue le 28 octobre dernier, le Conseil d’État a annulé l’arrêt de la cour administrative d’appel de Versailles du 8 avril 2021, qui confirmait l’arrêté du préfet du Val-d’Oise du 19 décembre 2017, portant sur le non-respect des quotas de logements sociaux sur la commune d’Auvers-sur-Oise. En effet, d’après la loi du 13 décembre 2000, relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite loi SRU, les communes de plus de 3 500 habitants doivent atteindre au minimum un taux de 20 % de logements sociaux et locatifs. À noter qu’au moment de l’arrêté préfectoral, la ville comptabilisait 6 943 habitants pour 7,9 % de logements sociaux.

Ainsi, la ville s’est retrouvée dans l’obligation de payer une majoration de 300 % – qui est le taux maximum– par logement manquant à compter du 1er janvier 2018, et ce pour trois ans. L’amende s’élèverait ainsi à 300 000 euros par an. La ville, qui estime que la sanction est trop lourde, avait demandé l’annulation de l’arrêté préfectoral pour excès de pouvoir au tribunal administratif de Cergy-Pontoise, puis à la cour d’appel de Versailles. Les deux instances ont rejeté la demande. La ville a alors saisi le Conseil d’État.

Ce dernier annule l’arrêt de la cour administrative d’appel de Versailles du 8 avril 2021 en reconnaissant que « La commune d'Auvers-sur-Oise a notamment soutenu devant la cour administrative d'appel de Versailles qu'en fixant à 300 % le taux de majoration de son prélèvement annuel, le préfet du Val-d'Oise lui avait infligé une sanction disproportionnée. Il appartenait dès lors à la Cour, ainsi qu'il est dit au point 4, après avoir admis que le prononcé de la carence de la commune ne procédait pas d'une erreur d'appréciation, d'apprécier si la sanction infligée ne revêtait pas un caractère disproportionné. En s'abstenant de se prononcer sur ce point alors qu'elle était saisie d'un moyen en ce sens, la Cour a méconnu son office. » L’affaire est donc renvoyée devant la cour administrative d’appel de Versailles, et l’État doit ainsi verser à la commune une somme de 3 000 euros au titre des frais de justice.



0 commentaire
  • 4 + 3 =
Poster
IDF

Nos derniers articles

Serge Grudzinski, auteur, dirigeant de la société Humour Consulting Group depuis 1993, a inventé un ...
Le 19 janvier, le ministre Bruno le Maire a annoncé la réouverture du registre des bénéficiaires eff...
Dans cette tribune, Marie-Bénédicte Desvallon, avocate et responsable de la Commission ouverte Droit...